Table ronde des « créateurs d’entreprise » issus de l’Epita

L’Epita a organisé, dans le cadre de « la semaine des projets professionnels » et sous l’impulsion de Laurent Trébulle, directeur des relations entreprises de l’école, une table ronde consacrée aux anciens élèves « créateurs d’entreprise ».

Cette table ronde, qui s’est tenue le 4 mars 2009, réunissait six anciens élèves de l’Epita, tous créateurs ou repreneurs d’entreprise :

  • Romain Bourdon, promotion 2001 option MultiMedia, société ANASKA (organisme de formation spécialisé dans les technologies open source)
  • Fabrice Metayer, promotion 2000, option Télécoms, société KERNIX (spécialisée dans le développement d’application en ligne)
  • Amaury Bouchard,  promotion 2001, option Systèmes Réseaux Sécurité, société FINE DATA (Start-up spécialisée dans le domaine d’application web)
  • Boris Guerin, promotion 1996, option MultiMedia, société EULIDIA (société de conseils, de services, spécialisée sur les métiers du pilotage, de la performance, de la business intelligence, de l’aide à la décision)
  • Laurent Letoumy, promotion 1996, option Génie Logiciel, société YSANCE (société de conseils et développement en informatique, spécialisée en e-commerce, CRM, décisionnel)
  • Pascal Chevalier, promotion 1992, option Génie Logiciel, société NETBOOSTER (société de conseil en marketing en ligne)

Table ronde entrepreneurs - 1.jpg

La création, démarche spontanée ou démarche réfléchie ?

Les créateurs présents ne constituaient qu’un échantillon parmi tous les entrepreneurs issus de l’EPITA, puisque, au total, ce sont plus de 230 anciens (soit 4,8% des diplômés) qui se sont lancés dans cette aventure passionnante. Ces chefs d’entreprises peuvent être classées selon 3 démarches entrepreneuriales :
 

  • La création pendant la formation ou juste à la sortie de l’école. C’est le cas d’Anaska créée pendant le stage de fin d’étude à l’Epita ou encore de Kernix créée en fin de 2ème année de prépa.
  • La création après plusieurs projets professionnels comme Eulidia et Ysance.
  • La reprise d’entreprise comme Netbooster.

Parmi les anciens présents lors de cette table ronde, certains disent avoir "eu l’audace et trouvé le courage de se lancer tout de suite dans la création d’entreprise", d’autres ont préféré "passer quelques années en entreprise et apprendre sur le tas avant de franchir le cap".

Mais, dans tous les cas, ils s’accordent sur le fait que la formation dispensée par l’Epita leur a fourni les clés essentielles à la mise en œuvre de leur projet : par le contenu même de l’enseignement, mais aussi par les multiples modules destinés à favoriser la création d’entreprises.
Aujourd’hui, avec la business week, le module ENAC ou encore l’association-entreprise CRISTAL, les possibilités offertes par le cursus de l’EPITA et son environnement intègrent toutes les composantes propres à dynamiser l’esprit entrepreneurial en parallèle des compétences de l’ingénieur.

Quant à la question du financement, cette table ronde a montré qu’il n’était pas nécessaire de mettre trop d’argent dans le lancement d’une entreprise. « Sans argent, vous êtes obligé d’avoir les bonnes idées, de vous dépenser intellectuellement pour que ça marche. Beaucoup de projets qui ont démarré avec beaucoup d’argent, ont capoté, car il y a une volonté d’aller au bout de l’idée mais en oubliant le principal : générer le revenu. Il faut garder une approche très pragmatique : le financement n’est pas une entrave à la création», explique Pascal Chevalier.

De l’avis de tous, les clés du succès sont au nombre de trois :

  • La puissance du réseau Epita.
  • De bonnes relations humaines : une société on la crée, on la porte, on la supporte. C’est un succès dès l’instant où on l’a créé une dynamique, un lien fort avec les gens.
  • La sagesse : Ne pas se disperser et savoir se retirer quand ça ne marche pas.

A travers leur retour d’expérience, la table ronde a ainsi permis aux étudiants de mieux cerner la façon dont se construit un projet professionnel d’aussi grande envergure que la création d’entreprise.

« Cette table ronde », conclut Laurent Trébulle, « est un encouragement pour les futurs diplômés à se lancer dans la création d’entreprise, car, à l’Epita, nous formons des ingénieurs en informatique réellement aptes à monter leur société et à avoir, dès la fin de leur formation, la capacité et les armes pour être les entrepreneurs-décideurs de demain. »