“Les enjeux des RIA pour l’entreprise”

petit-chaize.jpg

Michaël Chaize, EPITA promo 2001, est consultant avant-vente Flex, chez Adobe. Il travaille au quotidien avec de grands groupes français et définit avec eux leurs stratégies d’intégration d’interfaces riches au sein de leurs stratégies IT. Il blogue également sur les RIA (Code moi un mouton).

Michaël revient sur les entreprises qui utilisent les RIA au quotidien : qu’ont-elles à y gagner ? Pourquoi changer d’interface sur son site web ?

« Il faut offrir une interface riche pour casser le modèle classique des pages web : trois grands axes se dessinent autour de cette idée. Le premier est l’engagement ou le désengagement : l’utilisateur adhère désormais à une interface sans avoir à se former ou à comprendre comment elle fonctionne : l’utilisation, la navigation doivent être intuitives, aisées, naturelles. L’achat sur un site de e-commerce en est l’exemple parfait : une navigation complexe sur le site très connu d’un leader en transport ferré peut faire perdre des ventes. Je veux voir un autre horaire, je suis obligé de revenir sur une page précédente ? Je perds souvent le billet que j’avais commandé…

Comparer quatre modèles de téléphone

C’est dans cet esprit que les équipes de Sony Ericsson ont travaillé : la comparaison de quatre modèles de téléphone en même temps évite au consommateur de devoir trop naviguer pour jauger les modèles. Un site marchand perd 3 à 4% de visiteurs entre chaque page lors d’une phase de comparaison de produit. Grâce aux RIA, ils captent l’attention des internautes jusqu’au bout du processus d’achat »

Autre axe important, le développement : l’entreprise désireuse d’innover dans les RIA va dédier une équipe à l’interface du site, lui permettant un gain important en maintenance et une réduction significative des coûts. L’accès à l’internet s’est démocratisé. Conséquence directe, l’utilisateur s’habitue et forme son œil, son surf, aux pages web. Il retient les sites qui lui facilitent la vie, ceux dont l’usage est simple : si l’interface n’est pas bonne, le site est voué à l’échec à moyen terme.

Le multiscreen

Dernier axe important, la prise de conscience du Multiscreen. La même application fonctionne ou doit pouvoir fonctionner sur un ordinateur, sur un téléphone mobile, sur un appareil MID (multiple internet device)…ou sur le tableau de bord de ma voiture ! L’entreprise doit pouvoir accéder à son client de la même manière, quelque soit le support et vice-versa. »

Michaël Chaize conclut sur l’avenir des RIA, avenir très proche auquel on donne déjà un nom : les RDA (Rich Resktop Application). « L’un des enjeux sera de pouvoir travailler de la même façon, que l’on soit connecté au web…ou pas. Si je travaille dans une vallée perdue qui ne capte pas de Wifi, je dois pouvoir travailler sur une application qui, automatiquement, enverra mes données lorsqu’elle se connectera au Web. C’est l’étape suivante. Nous y travaillons activement. »