De l’EPITA à Viva Technology : la belle histoire de la start-up Crowlingo

De l’EPITA à Viva Technology : la belle histoire de la start-up Crowlingo

Si vous avez arpenté les coursives de l’édition 2022 de Viva Technology, le grand salon de la tech organisé à Paris en juin dernier, vous avez probablement pu tomber sur Crowlingo. Présente sur le corner d’Orange, cette start-up spécialisée dans la surveillance multi-langue en temps réel est l’œuvre de Jonas Bouaziz (CTO), Arnaud Henric (CEO) et Jérémie Zimmer (CSA), trois ingénieurs de la promotion 2020 de l’EPITA.

 

De l’EPITA à Viva Technology : la belle histoire de la start-up Crowlingo

Jonas et Arnaud sur le stand de Crowlingo lors de Viva Technology

 

Crowlingo, une aventure débutée sur le campus de l’EPITA Paris

Se lancer dans un projet entrepreneurial durant ses études, c’est possible et ce ne sont pas Arnaud, Jonas et Jérémie qui diront le contraire puisque le trio a débuté à l’EPITA l’aventure de ce qui deviendra Crowlingo quelques années plus tard. Auparavant nommé Neutral News et centré sur l’idée de s’attaquer aux fakes news en s’appuyant sur une intelligence artificielle pour en vérifier leur authenticité, leur projet avait même décroché la 3e place du prestigieux concours Microsoft Imagine Cup 2018 avant d’officialiser un partenariat avec le Quai d’Orsay pour centraliser et analyser en temps réel les flux d’articles publiés par plusieurs milliers de sources numériques à travers le monde. Par la suite accompagné au sein de l’EPITA StartUp Lab, le projet a évolué, changeant de nom et surtout de positionnement.

Aujourd’hui, Crowlingo fournit ainsi sa propre technologie de traitement naturel du langage (NLP). S’appuyant sur le deep learning, elle permet à ses clients de trouver en temps réel des informations et des relations dans du texte, dans plus de 100 langues différentes. Une solution de veille automatique qui offre aux professionnels et institutions la possibilité de disposer d’informations en présentes sur une multitude de flux. De quoi séduire de nombreuses entités reconnues : en plus d’Orange et du Quai d’Orsay, la société travaille avec la RTBF, le ministère des Outre-Mer ou encore le groupe LVMH. Actuellement incubée au sein de la Station F, Crowlingo continue ainsi à grandir, comme l’expliquent Arnaud Henric et Jonas Bouaziz, rencontrés dans les allées de Viva Technology.

 

 

Où en est Crowlingo aujourd’hui ?

Arnaud Henric : Nous sommes encore à la Station F, dans les programmes d’Orange et de LVMH, et tout se passe très bien : notre évolution se poursuit et nous cherchons maintenant à recruter !

 

Qu’apportent ces programmes à une start-up comme la vôtre ?

AH : Le programme de LVMH nous donne la très belle opportunité de pouvoir rencontre les « 75 maisons » du groupe, ce qui permet d’être constamment mis en relation avec des marques comme Dior, Moët Hennessy, etc. C’est un partenariat très intéressant pour notre développement commercial. Quant au programme d’Orange, il s’inscrit plus dans une notion d’accompagnement – c’est d’ailleurs par lui que nous avons pu avoir accès à Viva Technology cette année. Il nous permet de revoir notre stratégie, de bénéficier de nombreux conseils… C’est également très utile !

 

Justement, comment résumer l’activité de Crowlingo ?

AH : Nous proposons une solution de veille qui va analyser tout le web en général – à savoir les réseaux sociaux, de LinkedIn à Facebook en passant par Twitter, Instagram, YouTube et même TikTok, mais aussi les sites de presse en ligne, les forums… – pour extraire des « insights » sur une entreprise, un marché, un produit… Un « insight » peut concerner la réputation, les tendances, les influenceurs, etc. Et notre particularité chez Crowlingo est que nous travaillons dans plus de 100 langues différentes, le tout en temps réel et sans traduction ni interaction humaine !

 

Si je suis une marque de vêtements, je peux alors savoir à la fois ce qu’il se dit de moi sur le net en temps réel et également surveiller les avis sur la concurrence ainsi que les potentielles futures tendances qui toucheront mon secteur ?

AH : Effectivement ! Et si vous êtes une marque de vêtements, vous avez aussi potentiellement envie de savoir si une personne influente porte l’un de vos vêtements ou si d’autres influenceurs parlent de vous positivement ou négativement. Crowlingo vous permet d’avoir une idée précise de la réputation globale de votre marque et de comment elle est perçue à travers le monde.

 

Où en est votre technologie ?

AH : Pendant un à deux ans, nous avons uniquement travaillé sur la NLP afin d’avoir une technologie fiable et de pouvoir ensuite créer des modèles qui vont automatiquement fonctionner dans plus de 100 langues pour détecter les sentiments positifs comme les discours haineux. Pour l’un de nos partenaires, nous avons par exemple créé un modèle capable de détecter les remontées négatives de ses clients afin qu’il puisse ensuite intervenir si besoin.

Jonas Bouaziz : Dernièrement, nous avons également beaucoup travaillé sur l’analyse de nouveaux flux rarement utilisés dans ce type de veille aujourd’hui, à l’instar de TikTok ou LinkedIn. Nous sommes maintenant capables de les analyser dans leur totalité pour en ressortir des insights importants.

 

Toutes ces données récoltées, il faut bien pouvoir les visualiser ensuite. Cela fait partie de votre service ?

AH : Bien sûr ! Nous avons développé une plateforme qui montre au client un dashboard complet sur le sujet qu’il veut surveiller. Dessus, tout est filtrable : il peut uniquement sélectionner les commentaires positifs, négatifs, etc.

 

Pourquoi est-ce important pour vous de pouvoir gérer autant de langues ?

AH : Il faut savoir que la majorité des entreprises se consacrent essentiellement aux langues les plus courantes car les solutions actuelles ont très souvent du mal à saisir toute la complexité du langage, laissant ainsi énormément de données importantes de côté pour leur business. Pour une entreprise comme Orange qui est présente dans 26 pays, Crowlingo représente donc une belle opportunité puisque nous lui permettons de détecter bien plus facilement des tendances et des commentaires à travers le monde.

 

Vous parliez plus tôt de votre envie de recruter…

AH : Nous sommes en pleine phase de recrutement ! Jusqu’à présent, nous étions uniquement tous les trois – Jonaz, Jérémie et moi. Très bientôt, deux alternants vont nous rejoindre, ainsi que des apporteurs d’affaires.

 

De l’EPITA à Viva Technology : la belle histoire de la start-up Crowlingo

 

En plus d’entreprises, vous comptez également des institutions et des médias comme clients. Que leur apportez-vous ?

AH : Avec le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, la veille tourne essentiellement sur des sujets pouvant impacter la France, en surveillant par exemple la réputation du pays et des Français à l’étranger. Pour le ministère des Outre-mer, cela permet surtout de faire des revues de presse sur les territoires d’Outre-mer en temps réel.

JB : En ce qui concerne les médias, nous travaillions déjà avec la RTBF et La Nouvelle République. Nous sommes aussi assez proches du Parisien. Notre outil peut avoir de nombreuses utilités. Par exemple, pour le conflit russo-ukrainien, nous sommes capables d’avoir vraiment une analyse de la presse et des points de vue de la population locale sur ces événements.

 

Quel est l’intérêt pour une start-up comme Crowlingo de prendre part à Viva Technology ?

AH : C’est une super opportunité et on ne peut que remercier le groupe Orange pour cela. Sur notre stand, nous avons pu rencontrer beaucoup de personnes intéressées à l’idée d’utiliser notre produit.

 

Enfin, en étant à l’origine d’une solution capable d’analyse autant de langages, est-ce que vous maîtrisez de nouvelles langues également ?

JB : Pour le coup, nous préférons laisser notre solution travailler à notre place ! (rires)

 

Retrouvez Crowlingo sur son site Internet et les réseaux sociaux (LinkedIn et Twitter)

 

De l’EPITA à Viva Technology : la belle histoire de la start-up Crowlingo