De l’open data dans une opération de communication

Les données ouvertes (ou open data) ne servent pas qu’à constituer des bases de données interactives globales. Elles peuvent aussi être utilisées de manière originale, comme ici dans la communication.

wearedata.JPG

Les données ouvertes au service des particuliers

Thématique grandissante dans le monde de l’informatique, l’open data est au cœur des enseignements de l’EPITA. En utilisant la quantité croissante de données ouvertes disponibles sur Internet, les ingénieurs en informatique peuvent concevoir des produits et des applications pratiques. Les différents travaux présentés par les étudiants de la majeure Multimédia Technologies de l’Information (MTI) de l’EPITA lors du MTI Day de janvier le démontrent.

Secteur en pleine évolution, les initiatives originales se multiplient, à l’instar d’une récente campagne de promotion pour le jeu vidéo Watch_Dogs (qui sortira en fin d’année sur consoles de salon et PC). Ubisoft, le studio qui développe et publie le jeu, a lancé un site événementiel : We Are Data. Comme son nom peut l’indiquer, ce site est spécifique en cela qu’il agrège une multitude de données publiques.

De l’open data pour un monde fictif plus immersif

Watch_Dogs devrait permettre au joueur d’incarner Aiden Pierce, un hacker surdoué se servant des différentes données accessibles dans le monde dans lequel il évolue (une version alternative de Chicago, hyperconnectée). Anti-héros calqué sur le modèle des justiciers, Aiden entretient une forme de théorie du complot et utilise l’Open Data pour parvenir à ses fins (coupure d’électricité, accès à des données personnelles privées…).

Surfant sur ce synopsis, Ubisoft poursuit son importante campagne de communication (entamée il y a maintenant un an) en mettant en ligne We Are Data. L’internaute peut ainsi naviguer dans les villes de Paris, Londres ou Berlin et voir en temps réel le trajet des métros, connaître le taux de chômage des différents quartiers ou encore visualiser l’impact des panneaux d’affichage.

De quoi donner des idées aux étudiants de l’école qui souhaiteraient s’investir d’avantage dans ce secteur de l’informatique encore jeune, donc plein de potentiel.