Charline Schierer, la passion de l’écriture

charline_schierer.jpgActuellement étudiante en première année du cycle ingénieur, Charline Schierer (EPITA promotion 2015) est également auteure de romans fantastiques dont le dernier en date, L’Appel du Shatral, est disponible sur e-books.

Comment t’es-tu lancée dans l’écriture ?

Déjà toute petite, je fabriquais des livres à l’aide de feuilles de papier scotchées les unes aux autres. Avec le temps, j’ai continué d’écrire : à l’âge de 14 ans, j’ai commencé à travailler sur une trilogie fantastique à laquelle je réfléchissais depuis deux ans. Mais une fois terminée, constatant que le résultat était assez maladroit, je suis passée à autre chose. A 16 ans, j’ai donc commencé l’écriture de L’Appel du Shatral.

On y suit l’histoire d’Eléonore, qui chaque nuit de pluie rêve d’un mystérieux garçon. Pendant ces rêves, elle découvre son monde et apprend à le connaître. Persuadée de la réalité de cet univers qu’elle ne voit pourtant qu’en rêve, elle va finir par rencontrer le jeune inconnu, qui a besoin de son aide. Commence alors une aventure dans laquelle Eléonore va voler au secours du garçon et de son royaume.

Quel est ton processus d’écriture ?

Pour L’Appel du Shatral, je me suis inspirée d’une méthode que j’employais plus jeune : je demandais cinq ou six mots à mes amis puis composais une histoire sur cette base. Ici, j’ai donc pris un dictionnaire et me suis amusée à chercher des mots dont je pouvais faire quelque chose. Au fur et à mesure de cette recherche ludique, j’ai gardé certains thèmes, en ai écarté d’autres puis ajouté des tiers. Ainsi, j’avais une base pour le roman.

Au départ, je n’imaginais pas publier le livre, a fortiori en tant qu’ouvrage dématérialisé. Un ami m’avait présenté le principe de l’édition pour liseuse électronique ; j’ai longtemps été méfiante (à cause du piratage et du téléchargement illégal), mais j’ai assez rapidement revu mon avis. Etre lue par des inconnus peut être impressionnant, mais c’est également un bon moyen de se faire connaître !

Appel_shatral.JPG

Parviens-tu à conjuguer études à l’EPITA et écriture ?

Depuis que j’ai intégré la troisième année de l’EPITA, je n’ai pas eu l’occasion de me remettre à l’écriture. Mais c’est une passion que je compte bien entretenir dès que j’aurai un peu de temps.

En fait, je suis très éclectique. Dès qu’une chose me plaît, je me plonge dedans. Ainsi, lorsque j’ai découvert la programmation en terminale, j’ai tout de suite adoré ! C’est pour ça que je poursuis mes études dans ce domaine. Mes envies viennent au fur et à mesure de mes découvertes. Par exemple, j’envisage de suivre la majeure Sciences Cognitives et Informatique Avancée (SCIA) suite aux travaux que l’on a effectués cette année sur l’intelligence artificielle.

Je n’ai pas d’idée précise de quel genre de romans je pourrais écrire à l’avenir. Peut-être des choses où le fantastique s’efface pour laisser place à plus de mystère. Mais il est évident que je ne compte pas lâcher la plume, ne serait-ce que pour mon plaisir.