Android : développement et perspectives

A l’occasion de l’AnDevCon qui se tient actuellement à San Francisco, Huu Thi Thomas Nguyen, étudiant à l’ETNA (promotion 2014), actuellement développeur en alternance au sein de l’Institut d’Innovations Informatiques de l’EPITA (3IE) fait le point sur ce système d’exploitation et son évolution à venir.

android.jpg

Pouvez-vous présenter Android ?

Pour ceux qui l’ignorent, Android est un système d’exploitation open source utilisant un noyau Linux. Initialement prévu pour les smartphones, il se décline aujourd’hui sur tablettes, téléviseurs, netbooks… La dernière version déployée est là 4.2.1 Jelly Bean, sortie pour le téléphone Google Nexus 4 et les tablettes Google Nexus 7 et Nexus 10. Aujourd’hui, Android équipe près d’un tiers des smartphones et tablettes (les deux tiers restants étant largement trustés par le système d’Apple) dans le monde. En France, 41 % des utilisateurs de smartphones possèdent une plateforme Android.

Comparé aux autres systèmes d’exploitation pour plateformes mobiles (iOS avant tout), Android présente l’avantage d’être plus personnalisable et open source. Par ailleurs, pour le développeur, Android présente l’avantage d’être adossé sur Java, un langage de programmation très répandu. La création d’un compte Google Play (permettant de distribuer légalement l’application) est peu coûteuse et peu contraignante.

Comment est-ce que 3IE envisage Android aujourd’hui ?

3IE a développé plusieurs applications multisupports (pour iOS, Windows Phone et évidemment Android) comme Epilife (qui permet aux étudiants du Groupe IONIS de suivre leur emploi du temps en temps réel) ou des applications pour des évènements comme la Cité de la Réussite ou l’Université de la Terre. Cela dit, comme nous répondons à des demandes de clients, nous avons plus tendance à développer sur iOS.

L’EPITA de son côté propose des enseignements en développements pour supports mobiles. Ces cours électifs sont constitués de trois sessions de trois heures où les étudiants acquièrent les bases du développement sur smartphone et tablette. Les cours de développement sous Android sont encadrés par des enseignants-chercheurs de 3IE.

Comment Android est amené à évoluer ?

Actuellement, Android gagne de plus en plus de parts de marché. C’est le concurrent direct de iOS, qui croît toujours, mais de manière moindre (les produits Apple fonctionnent grâce à une importante communauté très active). Cette meilleure pénétration d’Android sur le marché du mobile appelle des compétences : les demandes en développeurs qualifiés sur la plateforme sont plus importantes. Par exemple, Facebook pousse ses employés à évoluer dans un écosystème Android.

Mais nous ne sommes pas non plus à l’abri de l’émergence d’une nouvelle technologie qui bouleverserait tout le marché. Android et iOS sont arrivés à un point où leur évolution se ralentit. La guerre des brevets entre Apple et Google bloque l’innovation (et le renouvellement) pour de basses raisons commerciales : dès qu’un système va reprendre une idée similaire à celle du concurrent, ce dernier va attaquer l’autre en justice. On ne s’en sort plus.

De son côté, Hewlett-Packard pourrait offrir une alternative avec la version open source de son système d’exploitation WebOS. Des développeurs (notamment des membres de XDA, communauté de développeurs très active sur Android et Windows Phone) ont commencé à travailler sur le portage d’applications vers WebOS. On peut s’attendre à ce que la plateforme émerge et s’affirme comme un acteur à ne pas négliger dans les années à venir.

De fait, l’EPITA et 3IE forment à toutes les plateformes. Un développeur qui touchera à tout n’aura certes pas les connaissances très poussées d’un spécialiste iOS ou Android. Mais il pourra tout à fait se débrouiller et adapter ses compétences d’une plateforme à l’autre. La polyvalence reste une valeur sûre.