Les Epitéens se mettent au hip-hop

Interview de Romuald Rozan (promo 2012), étudiant créateur de la section “hip-hop” au sein d’Episport.

Pourquoi avoir décidé d’introduire le hip-hop à l’EPITA ?

Il s’agit pour moi d’abord de faire partager et de prolonger une passion que j’ai développée il y a maintenant 6 ans. J’aime le hip-hop et ce qu’il représente. Plus encore qu’un art, cette danse porte une véritable culture, intéressante à découvrir. Cette culture regroupe une danse, un chant, un style vestimentaire, une histoire, un vécu.

Pour un geek, le hip-hop constitue également une manière de se réconcilier avec son corps. Le hip-hop se ressent. La danse est une question de sensation, de feeling. Et le côté à la fois technique et déstructuré du hip-hop, avec les effets qu’il y a derrière, est particulièrement plaisant.

Ce hip-hop est une danse très expressive. C’est le style américain, urbain. Ca vient de la rue et ça se ressent. Cette danse permet de de se lâcher, de se désinhiber, de s’évader. C’est un monde à part.

2Danse2.jpg

Qu’est- ce que le hip-hop que vous apprenez exactement ?

Le hip-hop a tout une histoire. Il y a un aspect révolutionnaire du hip-hop, qui s’inscrit dans la rupture. Plusieurs mouvements, comme la tecktonik, ont été créés à partir de rien et ont grossi par un effet de mode.

Nombre de danses, confondues en général par le grand public, sont des tendances du hip-hop, qu’il s’agisse du popping (incluant le pop, le smurf, le boogaloo, etc.), du locking, de la new style, du jazz rock, du break dance, de la hype, de la house, du krump ou du top rock.

Pour ma part, si je sais en danser une bonne partie, je suis avant tout un popper. Mais lors des cours,on part surtout sur de la new style : des mouvements plus fluides, plus facile. La new style, c’est l’une des danses les plus connues, c’est tout ce qu’on voit à la télé, dans les clips, c’est ce que dansent des danseurs comme Chris Brown…

2Danse.jpg

Comment s’organisent les cours de hip-hop à l’école ?

Les cours, organisés dans le cadre de l’association de sport de l’EPITA Episport*, ont lieu une fois par semaine à l’école, le mardi soir à 19h, avec une durée très aléatoire – environs deux heures en général. Les séances sont ouvertes aux Epitéens, mais également aux autres écoles du Groupe IONIS comme Epitech, Sup’Biotech, e-artsup ou encore Ionis-STM. L’année dernière, il y avait autour de 15 inscrits, quasiment tous débutants.

Pendant les séances, on effectue quelques exercices sur des mouvements de bases à connaître puis on part sur des chorégraphies, on essaie d’en monter plusieurs et de préparer différents spectacles d’environ 5 minutes. Les participants se produisent en effet sous forme de shows dans les différentes soirées de l’école comme la X’mas ou encore la soirée d’intégration de Ionis-STM.

Mais les séances ont également vocation à ouvrir sur l’environnement et la culture hip-hop. Au milieu du mois de mars, avec les étudiants les plus assidus, nous sommes allés assister au plus grand événement international de hip-hop,« juste debout » , au palais omnisport Paris-Bercy. J’aimerais aussi organiser des séances pour visionner certains films clés sur l’origine du hip-hop.

 

*Episport

Episport est le bureau des sports des écoles de l’EPITA, d’Epitech et de Sup’Biotech. Cette association permet à chaque étudiant de faire du sport tout au long de l’année. Chaque étudiant a la possibilité de découvrir des sports collectifs (foot, rugby, volley, basket, hand et street hockey) comme des sports individuels (Taekwendo, tennis, badminton). Des entraînements hebdomadaires sont ainsi donnés par des étudiants volontaires et des rencontres interuniversitaires (FNSU) ont lieu tous les jeudis après-midi.