Kobojo : une start-up épitéenne

Kobojo3.jpgStart-up parisienne innovante, leader européen dans l’univers des jeux pour réseau sociaux, Kobojo a été créée en 2008 pour proposer un contenu nouveau sur les réseaux francophones. Aujourd’hui, grâce aux succès de ses jeux, l’entreprise divertit plusieurs dizaines de millions de joueurs par mois en France et dans toute l’Europe.

L’histoire commence en juin 2008, lorsque Franck Tezlaff (Epita 2005) rejoint à Dublin Vincent Vergonjeanne (Epita 2004), à une époque à laquelle ce dernier travaille pour Microsoft. Ils développent ensemble leur première application Facebook, « Adopt me ». Si les 80 dollars de chiffres d’affaires générés par cette application semblent dérisoires en comparaison de l’effort fourni, le fait d’avoir ainsi touché quelques 100 000 personnes leur ouvre de vastes perspectives. 6 mois plus tard, Petites questions entre amis atteint 8 millions d’utilisateurs en deux mois. C’est l’élément déclencheur : Franck et Vincent, avec l’aide de Philippe Desgranges (Epita 2005), qui apporte sa touche de designer à l’équipe, commencent à développer la structure.

L’application suivante s’appelle « Doctor Love » : elle atteint plus de 5 millions d’utilisateurs au mois de février 2009. Mais la progression menée par les trois Epitéens ne s’arrête pas là. Basées principalement sur les ragots et les questions posées entre copains, ces applications atteignent un public cible qui s’arrête aux teenagers. Ils souhaitent viser plus large.

goobox.png

En juillet 2009, ils sortent GooBox, application qui offre un panel de jeux simples, variés et adaptés aux goûts de chacun. Le jeu atteint 3 millions d’utilisateurs en un mois, mais 3 millions d’utilisateurs qui cette fois-ci reviennent. GooBox est à présent leur application-phare. De 3 associés en septembre 2009, la jeune start-up est passée à 21 collaborateurs un an plus tard. L’équipe travaille à présent à adapter aux réseaux sociaux des jeux plus classiques, des jeux de time based management, c’est-à-dire principalement des jeux de gestion avec des composantes de récurrence dans le temps : une mécanique qui a beaucoup de succès sur les plateformes sociales.

 

Miniature de l'image pour IMG_59051.jpgL’équipe Kobojo, 22/10/2010
 

Dans le secteur du social gaming, ils sont une poignée de sociétés en Europe. Les plus grosses sont Wooga et Weka Entertainement. Kobojo est dans une phase d’accélération. Au programme, l’augmentation du capital, un gros travail de business développement, l’ouverture vers l’extérieur, et vers d’autres réseaux sociaux comme My Space, Orkut, Hyve en Hollande, Sonico en Amérique du Sud, ou encore i-Jet en Russie. Kobojo accélère aussi ses développements mobiles. Une expansion qui doit aller de pair avec sa marque de fabrique – des jeux se démarquant par leur qualité et des méthodes de production très agiles.