Plongeon au coeur de la piscine (1/5)

A l’EPITA, la piscine est devenue un mythe. On ne devient véritablement Epitéen qu’après être passé par cette épreuve, qui fonctionne comme un véritable baptême, un tournant décisif dans le parcours d’étudiant. Qu’est-ce donc exactement que ce passage obligé qui ne laisse aucun étudiant indifférent ?

Un programme exigeant
En seulement 10 jours, les élèves, qui rentrent à peine de vacances, sont amenés à assimiler, mettre en pratique et consolider les bases de l’utilisation de l’UNIX et les bases du langage C, des connaissances que des étudiants à l’université mettent souvent plusieurs mois à acquérir. A cette fin, une organisation précise est mise en place : les étudiants débutent chaque journée à 10 h du matin par 2 h de cours puis 1 h de soutenance pour vérifier leurs connaissances. Ils poursuivent l’après-midi de 14 h à 18 h par une mise en pratique lors de travaux dirigés. Dès 18 h commence une longue nuit, s’étalant jusqu’à 6 h du matin, durant laquelle ils doivent résoudre une batterie d’exercices évalués, visant à leur faire consolider les notions acquises durant les journées précédentes.
2piscine1.jpgAdrien, un élève qui a passé l’épreuve, raconte : « Pendant la piscine, on acquiert toutes les bases pour créer des outils pratiques pour le bon fonctionnement d’une programmation. On apprend la manière de se servir des systèmes d’exploitation, la façon d’utiliser les commandes, les normes pour bien écrire le code. L’efficacité de ces dix jours provient également de la rigueur de l’évaluation, qui oblige chacun à redoubler de vigilance et d’attention à chaque étape. Si l’on n’est pas là à l’heure, c’est zéro. Si ce que l’on a fait ne fonctionne pas, c’est aussi zéro. La plupart des notes sont produites par des logiciels conçus par les chercheurs de l’école. Toute erreur de code est sanctionnée sévèrement. Et l’on arrive bien souvent à des notes négatives. La moyenne globale sur certains projets peut descendre en dessous de 5