Epitanime 2009 “Releveras-tu le défi” ?

header-epita.png

Epitanime, la convention de l’Animation aura lieu prochainement, à l’EPITA (29 au 31 mai). Michel Tang, l’un des nombreux responsables de la communication d’Épitanime (cinq au total) fait un point sur la manifestation qui réunit chaque année plusieurs milliers de fans.

– Comment décririez-vous Epitanime pour quelqu’un qui ne le connaît pas ?
– Epitanime, c’est avant tout une association loi 1901 créée par des étudiants d’Epita/Epitech afin de promouvoir toute l’année cette petite partie de la très riche culture japonaise que sont : les manga, les dessins animés et les jeux vidéos. Nous organisons dans ce but des "nocturnes" gratuites cinq à six fois par an, où nous permettons aux visiteurs de découvrir cet univers via de nombreuses activités (que cela soit proposé par Epitanime ou par d’autres associations invitées à participer). Mais Epitanime, c’est enfin un "club" d’amis qui s’agrandit tous les ans avec de nouveaux arrivants (dont beaucoup d’externes aux écoles du groupe Ionis).

Le point d’orgue de l’année reste donc la convention Epitanime ?
– C’est un peu notre bébé, notre grand évènement qui vient clore une année souvent déjà riche. Cette convention, c’est un maximum d’activités et de projections, de concours durant 48h non stop ! "2 jours + 2 nuits, relèveras-tu le défi ?" titrait notre slogan de l’année dernière !  C’est une occasion de réunir un maximum de fans dans l’école, de leur proposer des activités et … tout simplement de s’amuser : un joli festival de bonne humeur.

Image 5.png

–  Historiquement, vous étiez dans les premiers à proposer une telle offre ?

–  Et presque les derniers, aussi…C’est une info invérifiable mais énormément de monde désigne notre convention (manga/anime/jeux vidéos) comme la plus ancienne encore active depuis début 2000, en co-organisation avec une autre association, qui est depuis devenue Japan Expo. Nous avons décidé de rester  des « artisans » ce qui nous vaut le titre officieux de "la plus grande convention amateur française". Cela reste extrêmement plaisant à entendre mais ça nous met beaucoup de pression pour réussir à faire mieux d’année en année…

–  C’est une convention réservée à des fans exigeant, je présume que la programmation est trop pointue pour le grand public ?
–    Non. Je ne suis pas d’accord ! Si parfois des amis peuvent nous dire que nous sommes la "convention la plus otaku en France" (traduction : "vous êtes la convention la plus élitiste pour les fans de manga en France") je trouve cela extrêmement réducteur. Le grand public trouve les conventions professionnelles trop commerciales et nous met en contrepoids. En vérité, notre seule ligne de conduite est : « Tout le monde s’amuse !! Faisons plaisir à tout le monde ! » La preuve, durant les réunions de préparation nous proposons de faire des concours de "gobage de flamby lâchés depuis le toit" (idée non retenue, malheureusement).

Plus sérieusement, les principales activités durant ces 2 jours et ces 2 nuits sont :
Le Cosplay (costume play, concours de déguisement), les jeux vidéos (toutes générations, histoire qu’on n’oublie pas les bons vieux jeux), le karaoké géant non-stop (la spécialité maison depuis 2004), le lèche-vitrine (avec la présence de boutiques et autres éditeurs partenaires). Les fanzines sont bien sûr invités et il ne faut pas oublier de citer le festival nocturne "Epifestival" (avec plein de petits jeux), les projections d’anime, tous les jeux concours (chant, quizz, dessins, etc.) plus plein de surprises ! Nous sommes bien loin de l’image élitiste dont vous parliez plus tôt !

 

karaoke-epitanime.png

– Les chiffres de fréquentation sont impressionnants pour un festival amateur. Combien de personnes attendez-vous cette année ?

– Après les 8000 visiteurs de l’année dernière, nous espérons faire un peu mieux mais nous atteignons notre limite technique et humaine. Nous n’avons pas vocation à atteindre les chiffres des grandes conventions françaises (comme Japan Expo) avec leurs 100 000 entrées minimum. A ce sujet, comme chaque année, la sécurité des nombreux visiteurs est assurée par une société spécialisée indépendante.

  – Ne pensez-vous pas que nous avons passé un pic d’intérêt pour les mangas ?
–  Non. Quand on voit qu’en France le manga fait parti du domaine de publication le plus actif, quand on voit l’effervescence toujours aussi forte autour du jeu vidéo (l’un des seuls secteurs encore en croissance) je pense même qu’on en est encore loin. Toutefois on peut noter des évolutions : les générations changent et se renouvellent. La génération Dragon Ball est moins présente et à laissé place à la génération Evangelion puis Naruto. L’avènement d’internet a fortement éclairé certains pans du domaine : les fans découvrent de nombreux titres par ce biais et viennent à Epitanime en étant déjà au courant d’une publication récente au japon.

Dans Epitanime, il y a Epita…Cela veut il dire que vous êtes soutenu par l’école ?
–  Au niveau logistique, l’apport de l’école est grand.  Le prêt des locaux, des salles, du matériel informatique, des tables, chaises et autres sont de nombreuses choses qui nous sont indispensables. La direction nous soutient depuis le début.

–    Pour finir, Michel, pouvez-nous nous citer deux coups de coeurs récents, deux mangas (ou dessins animés) qui ont retenu votre attention ?
–    Difficile de choisir mais si dois vous donner quelques nom : « Le pacte des Yokai « ("Natsume Yuujinchou", de Midorikawa Yuki) en cours de parution en France (4 volumes) qui bénéficie également d’une adaptation en dessin animé (Japon uniquement) très réussie pi une très belle série de 2007  (26 épisodes) : Dennou Coil, un dessin animé  exceptionnel qui
j’espère arrivera en France rapidement. Sinon, j’attends avec impatience la sortie EU de Tales of Vesperia (Jeu XBox 360).
 

Rendez-vous pour Epitanime 2009 sur le site d’Epita du 29 au 31 mai ! (SIte officiel).