La Fracture Numérique ou le Fossé Numérique ?

Jean-Guy Fullsack, administrateur de l’ONG Coopération-Solidarité-Développement  était  l’un des nombreux experts invités par l’EPITA lors de la journée Tic & Géopolitique, grande conférence autour des thématiques suivantes : contrôle de l’internet par les états, l’e-démocratie et la fracture numérique.

fullsack.png

Jean-Guy Fullsack  revient sur le thème de la Fracture Numérique : un concept en voie de disparition pour les uns, de mondialisation pour les autres. « Je n’aime pas ce terme de fracture numérique que je trouve fort mal traduit de l’anglais (= «numerical  divide »), car c’est un terme impropre qui ne retranscrit pas la réalité du terrain. Fracture supposerait un continuum dans une évolution numérique or il n’y en a jamais eu, je préfère de loin l’expression « Fossé Numérique ».

Cet écart technologique entre civilisations n’est d’ailleurs pas forcément à combler. Prenons le cas de l’Afrique que je connais bien. Si nous résolvons le « Fossé Numérique » nous risquons de fragiliser une culture et un savoir traditionnel, basé sur l’oral. En Afrique, l’information passe actuellement par les radios communautaires qui remplissent fort bien leur rôle de tissage social et économique. Faire pénétrer internet dans ces milieux peut apparaître comme une évidence, un bienfait, de notre point de vue (occidental). Je ne suis pas persuadé que le fossé numérique soit à combler partout, avec la même efficacité que dans nos contrées. L’avenir des pays en voie de développement ne passera pas forcément par Internet… »