Quand l’Epita mène à la recherche…

Fort de la formation qu’il a reçue à l’EPITA et de son expérience d’enseignant, Julien Quintard a entamé, en parallèle, un cursus orienté vers la recherche dans le domaine des systèmes répartis. Et c’est avec ses deux diplômes en poche qu’il est aujourd’hui doctorant à l’Université de Cambridge, au Royaume-Uni, et qu’il continue à enseigner différentes matières aux étudiants de l’EPITA.

 

cambridge.jpg

– Vous avez choisi de suivre un double cursus. Pouvez-vous nous expliquer votre parcours ?

J’ai rejoint l’EPITA en première année du cycle ingénieur et j’ai intégré le LSE (Laboratoire Système de l’EPITA). A l’issue de ma première année à l’EPITA, étant attiré par la recherche, j’ai décidé, avec l’accord et le soutien de Mr Courtois, Directeur de l’EPITA,de suivre un Master Recherche en Systèmes et Applications Répartis à l’Université Pierre et Marie Curie (Paris 6).

J’ai donc effectué mon Master Recherche en parallèle de mes deux dernières années à l’EPITA. Avec mes deux diplômes en poche, j’ai effectué un stage à l’Université de Cambridge dans l’optique de l’intégrer pour mon doctorat, ce qui s’est concrétisé quelques mois plus tard.

– En plus de cette masse de travail, en vrai passionné, vous avez et continuez à enseigner à l’EPITA. Comment vous êtes-vous organisé ?

J’enseigne à l’EPITA depuis que je suis en première année du cycle ingénieur, en tant qu’assistant. En effet, nous avons créé, avec un ami étudiant de l’EPITA et membre du LSE, une option pour les étudiants de première année.

L’année suivante, j’ai continué à enseigner aux étudiants de première année mais nous avons également enseigné aux étudiants en dernière année spécialisés en SRS (Systèmes, Réseaux et Sécurité) ; il s’agissait d’un cours sur les noyaux de systèmes d’exploitation et le développement système.

Les années suivantes, j’ai continué à enseigner aux étudiants de seconde et dernière années de la spécialisation SRS puis également à ceux de la spécialisation GISTR (Génie Informatique des Systèmes Temps Réel). J’ai ainsi enseigné les systèmes d’exploitation et le développement noyau dans les premières années et encadré le projet kaneton y étant associé. En 2005, j’ai introduit un cours sur les architectures microprocesseurs ; un cours que je continue d’enseigner aux étudiants des spécialités SRS et GISTR. Enfin, depuis l’année dernière, j’enseigne également les systèmes repartis aux étudiants de première année du cycle ingénieur.

Il est vrai que j’avais un emploi du temps chargé durant mes années d’études, notamment avec mon double cursus, mais l’enseignement m’a toujours attiré et j’avais la chance à l’EPITA de pouvoir transmettre mes connaissances, j’en ai donc profité au maximum. Je remercie à l’occasion toutes les personnes qui ont rendu cela possible que ce soit la direction via Mr Courtois, Mr Testemal et Mr Dujardin mais également tous les étudiants avec qui j’ai travaillé au LSE ou ailleurs durant toutes ces années.

– Pouvez-vous expliquer concrètement ce que cela vous a apporté ?

Enseigner apporte, à mon avis, une manière d’organiser ses pensées lorsqu’il s’agit de les exposer. En effet, lorsque vous enseignez, vous essayez de rendre les concepts les plus compliqués aussi compréhensibles que possible. Assez paradoxalement, on se rend également compte que l’on comprend beaucoup mieux les choses une fois que l’on les a expliquées.

De plus, d’être confronté à un amphi d’une centaine d’étudiants vous apprend bien évidemment à vous exprimer mais également à rythmer un cours pour maintenir l’auditoire attentif.

– En quoi le choix de l’EPITA vous a-t-il apporté une plus-value ?

EPITA m’a tout d’abord apporté la rigueur mais surtout un fort bagage technique complété par des notions théoriques indispensables lorsque l’on aborde des problèmes fondamentaux nouveaux.

Je pense sincèrement que les écoles orientées purement vers la technique forment des étudiants qui ne verront jamais plus loin que le bout de leur nez et ne seront capables que d’utiliser la technologie et non la remettre en question. A l’inverse, les étudiants sortant de formation trop classiques, théoriques ont du mal à comprendre comment toutes les disciplines s’emboîtent pour former un système informatique, et à cela je pense que seule la pratique peut répondre.

Pour finir, la flexibilité de l’école ainsi que l’ouverture d’esprit de la direction et la passion de ses étudiants, m’a permis d’enseigner alors que je n’étais encore qu’étudiant. Cela a été une expérience exceptionnelle et je suis heureux de l’avoir fait à l’EPITA.

– Êtes-vous satisfait de votre situation actuelle ?

Bien que ne sachant pas ce que je ferai une fois Docteur, je suis heureux d’évoluer dans l’environnement unique et riche en personnalités intelligentes et intéressantes qu’est l’Université de Cambridge … Un tout autre univers !