Victor Crépin (EPITA promo 2024) : du bitume à l’informatique

Victor Crépin (EPITA promo 2024) : du bitume à l’informatique

Étudiant en 2e année à l’EPITA Paris, Victor Crépin est aussi à l’aise derrière un écran que sur les circuits. L’école vous amène à la rencontre de ce futur ingénieur qui arrive à concilier études et sport mécanique sans faillir !

 

Victor Crépin (EPITA promo 2024) : du bitume à l’informatique

 

Le monde des deux roues, c’est avant tout une histoire de famille pour Victor. « J’ai un père qui roulait beaucoup et qui m’a plongé très jeune dans la moto, explique l’EPITéen. J’ai commencé tout petit et à 12 ans, il m’a proposé de faire du motocross, ce que j’ai fait pendant trois ans. Mon coach, Thibaut Nagorski (champion de France Promosport 600 cm3 2018), m’a ensuite orienté vers la piste, pensant que je pourrais plus rapidement me développer. » Une idée judicieuse, puisqu’après deux années d’entrainement, il participe à ses premiers Championnats de France en 125 cm3. Un an plus tard, il passe en 400 cm3 et « commence à avoir [ses] premiers bons résultats », dont une 2e place sur 45 pilotes sur l’emblématique circuit de Magny-Cours. « C’est à ce moment-là que j’ai pu commencer à montrer ce que je valais et faire mes preuves. »

Depuis deux ans, il concourt en 600 cm3 dans le Championnat Promosport, tremplin pour les pilotes souhaitant accéder aux championnats mondiaux et d’endurance. Mais comme beaucoup de sportifs, sa carrière a été mise entre parenthèses avec la crise sanitaire, depuis plus d’un an. Son objectif ? « Comme tout compétiteur, c’est bien évidemment de décrocher le titre de champion de France. Je m’étais fixé deux ans pour y arriver avant la Covid-19. Actuellement, c’est compliqué de se projeter et je prends les courses les unes après les autres, pour m’améliorer, m’entraîner et être au maximum quand tout reviendra à la normale. »

 

Victor Crépin (EPITA promo 2024) : du bitume à l’informatique

 

« J’ai appris à être concentré à 100 % dans mes études et à moto »

Mener des études d’ingénieurs en informatique – un secteur qui l’a toujours passionné – avec une pratique sportive à haut niveau n’est pas simple. Mais Victor a su convaincre l’école qu’il était capable de le faire, comme au lycée : « C’est une question de gestion de son emploi du temps. Il faut prendre de l’avance, pour pouvoir être à l’aise dans ses études et sur la moto. Car le plus important de ne pas penser à mes études quand je suis à moto, ni à la moto quand j’étudie… J’ai appris à être concentré à 100 % dans mes deux activités. Pour cela, je garde un rythme d’entraînement cohérent avec mes objectifs sans pour autant délaisser ma scolarité. » Contrairement à beaucoup d’autres sports que l’on peut pratiquer en continu, Victor doit consacrer des journées entières à rouler sur piste, surtout quand les beaux jours reviennent, tout en veillant à louper le moins de cours. D’autant plus que les circuits ne sont pas très nombreux et qu’il doit parfois partir à l’étranger pour s’entraîner.

« Comme tous les sports mécaniques, la moto est un sport d’équipe. Je suis suivi par des professionnels (un coach, un mécanicien, des préparateurs, une concession…) mais aussi et surtout par ma famille et mes proches, en soutien de tous les instants. On pourrait penser que c’est la moto qui détermine la performance. Or, la condition physique et mentale sont primordiales. Plusieurs fois par semaine, je fais de la course à pied, et je fais beaucoup de gainage et de renforcement musculaire, pour arriver à encaisser le choc et l’intensité des courses. » En se passionnant pour la course moto, Victor ne s’est sans doute pas facilité la tâche, car « c’est un sport très cher », en particulier pour les amateurs qui sont constamment à la recherche de sponsors pour poursuivre leur carrière. Mais ça n’est pas un problème pour ce futur ingénieur qui sait qu’on ne réussit vraiment qu’en équipe et ne manque jamais une occasion de remercier celles et ceux qui l’entourent.

 

Suivez l’actualité de Victor sur Facebook et Instagram


Article initialement paru dans le IONIS Mag #52

 

Victor Crépin (EPITA promo 2024) : du bitume à l’informatique