Episolidaire : l’association solidaire des étudiants de l’EPITA et d’Epitech

Episolidaire : l’association solidaire des étudiants de l’EPITA et d’Epitech

N’en déplaise à celles et ceux qui aiment cultiver les clichés, les futurs ingénieurs et experts en informatique ne restent pas toute la journée les yeux rivés sur leurs écrans et ne sont pas déconnectés du monde réel. Episolidaire en est une belle preuve. Créée en 2018, cette association regroupant une trentaine d’étudiants du campus parisien de l’EPITA et d’Epitech organise régulièrement des actions solidaires et humanitaires à destination des plus démunis. Trésorière d’Episolidaire et étudiante en 1re année du Cycle ingénieur de l’EPITA, Sophie Starck (promo 2021) détaille ces activités et explique pourquoi elle a décidé de prendre du temps pour les autres en parallèle de ses études.


Sophie Starck (à droite) et ses compagnons d’Episolidaire


Pourquoi as-tu eu envie de rejoindre l’association ?

Sophie Starck : À mon entrée à l’EPITA, je me suis tout de suite intéressée aux associations étudiantes de l’école, mais je trouvais qu’il manquait d’associations solidaires. J’ai d’abord pensé en créer une moi-même avant de finalement découvrir qu’Episolidaire allait bientôt voir le jour via un mail envoyé par Nicolas Albanel (Epitech promo 2020 et président de l’association). Cela tombait bien et j’ai décidé de la rejoindre.
À titre personnel, je trouve cela très important de faire preuve de solidarité aujourd’hui, aussi bien avec nos proches et connaissances qu’avec les gens que nous ne connaissons pas, et cela l’est d’autant plus dans le cadre d’une école d’ingénieurs qui, bien souvent, coïncide avec un milieu plutôt privilégié. Aider les autres, c’est aussi s’ouvrir à d’autres perspectives.

 

Quelles actions mène Episolidaire ?

Pour l’instant, les maraudes représentent le cœur de notre activité. Nous avons mis en place un partenariat avec une boulangerie du quartier qui nous permet de récupérer ses invendus. Avec cela, nous préparons des sandwichs, du café et du thé que nous distribuons ensuite aux sans-abris dans les rues du 13e arrondissement et du Kremlin-Bicêtre. En plus de leur donner, nous en profitons pour discuter avec eux, savoir de quoi ils peuvent avoir besoin, etc. Nos maraudes ont lieu deux fois par semaine, le lundi et le jeudi.
À côté de cela, nous organisons également des collectes de vêtements. Cela nous permet de distribuer des écharpes, pull et paires de chaussettes lors de nos maraudes en hiver ou de remettre ces vêtements à Emmaüs. Enfin, nous travaillons aussi à la mise en place de partenariats en rapport avec les soirées des autres associations de l’école afin de pouvoir inciter les participants à donner un euro symbolique à Episolidaire lors de chaque événement et ainsi élargir encore notre champ d’action.

Avais-tu déjà participé à des maraudes avant d’intégrer l’association ?

Non, pas du tout ! Je ne savais même pas de quoi il s’agissait ! Au début, je ne savais pas du tout comment cela allait se passer et j’avais un peu d’appréhension – on se demande si l’on va tomber sur des gens agressifs, si les sans-abris vont accepter notre aide ou, au contraire, se sentir un peu « humiliés »… – mais au final, cela se passe super bien. J’ai même été étonnée de voir à quel point nos maraudes étaient bien reçues ! D’ailleurs, au-delà de la nourriture, on réalise vraiment que ces personnes ont un réel besoin d’avoir un contact, de pouvoir discuter, d’être regardées et écoutées…



Certaines rencontres t’ont marquée ?

Oui, beaucoup et très fortement. Je pense notamment à cet homme très malade. Je me souviendrais toujours de sa réaction quand nous lui avons adressé la parole : il semblait vraiment surpris, comme si cela ne lui arrivait quasiment jamais. Qu’un acte aussi banal puisse être aussi surprenant pour lui m’a vraiment bouleversée. D’ailleurs, maintenant que l’on a établi un itinéraire plus ou moins clair au fil des maraudes, cela nous permet de créer un réel lien avec celles et ceux auxquels l’on vient en aide.

Si des particuliers, des commerces ou des institutions veulent soutenir votre association, comment peuvent-ils vous contacter ?

Pour permettre à nos actions d’avoir une plus grande portée, nous cherchons justement toujours à augmenter notre visibilité, ce qui n’est pas si facile en tant qu’association étudiante, et espérons pouvoir monter de nouveaux partenariats, comme avec une supérette par exemple, pour distribuer d’autres produits alimentaires. Par exemple, nous sommes actuellement en discussion avec l’association Règles Élémentaires qui s’occupe des produits hygiéniques pour les femmes. Toutes les personnes qui souhaitent accompagner d’une façon ou d’une autre l’action d’Episolidaire peuvent donc nous contacter par email, à episolidaire.asso@gmail.com ou via notre page Facebook !