European Cyber Security Challenge 2018 : l’équipe de France de Tanguy Dubroca (EPITA promo 2022) remporte la médaille d’argent !

European Cyber Security Challenge 2018 : l’équipe de France de Tanguy Dubroca remporte la médaille d’argent !

L’équipe de France sélectionnée et entraînée par l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) était à Londres du 14 au 17 octobre 2018 pour participer à l’European Cyber Security Challenge (ECSC). Pour la première participation de son histoire à cette compétition de hacking rassemblant 17 pays, la sélection tricolore dont faisait partie Tanguy Dubroca (EPITA promo 2022) n’a pas démérité : longtemps en tête, elle a finalement terminé sur la deuxième marche du podium. Une belle réussite sur laquelle revient cet étudiant en 2e année du Cycle préparatoire.


Crédits photos : ANSSI


Amener l’équipe de France à la deuxième place pour sa première participation à l’ECSC est un motif de satisfaction, non ?

Tanguy : Cela m’a fait super plaisir ! Durant la compétition, nous avons eu une très bonne dynamique de groupe : chacun d’entre nous a réussi à relever différents challenges et c’était génial de pouvoir dépasser des équipes participant à l’ECSC depuis plusieurs éditions. De plus, même si nous avons terminé juste derrière l’Allemagne, nous avons occupé la tête du classement une grande partie du temps. Tout s’est joué dans les 45 dernières minutes, quand une nouvelle épreuve a été proposée. Comme ils ont été plus rapides que nous, ils nous sont passés devant sur le fil.

D’un point de vue personnel, qu’as-tu pensé de ta compétition ?

Au niveau de mes performances, je suis assez content d’avoir pu réussir tous les challenges de ma catégorie, le reverse engineering. Après, j’aurais bien aimé pouvoir également aider l’équipe sur les autres challenges, mais ça n’a malheureusement pas pu être le cas.

 

As-tu ressenti une certaine forme de pression lors de l’événement ?

Pas du tout. Au contraire, c’est plutôt notre équipe qui tentions de mettre en permanence la pression sur les autres formations : à chaque fois que nous marquions des points, même très peu, nous applaudissions hyper fort pour montrer que nous étions bien présents ! Dans ce genre de compétition, l’affrontement est aussi psychologique.