« La mixité est un indicateur de performance »

Marlène Da Silva (EPITA promo 2015) est consultante pour le cabinet d’études et de conseil LIPTON FIT, spécialisé dans la banque, la finance et l’assurance. Elle est actuellement en mission dans un groupe bancaire de prestation de services pour des sociétés de gestion et des investisseurs institutionnels. Ingénieure diplômée, fortement impliquée dans la vie associative de son école, elle poursuit son combat pour un accès plus large des élèves et surtout des filles aux métiers scientifiques, en particulier dans l’informatique.

marlene_ancienne_etudiante_ingenieure_interview_banque_finance_parcours_mixite_entreprise_epita_01.jpg

Que retenez-vous de vos années à l’EPITA ?
L’apprentissage ! En cinq ans, j’ai appris plus que dans toute ma vie, dans de nombreux domaines, tant au niveau humain que technique et organisationnel. De plus, j’ai eu une très belle expérience à Shanghai pendant un semestre. Toutes ces années m’ont permis d’apprendre énormément, y compris sur moi-même, et de faire de très belles rencontres. L’EPITA, c’est une très grande famille.

Les études d’ingénieur sont très complètes…
Oui, elles touchent à plusieurs sujets. Elles sont très techniques mais font aussi appel au travail de groupe, au management, à l’organisation d’un projet, à la documentation, à la recherche d’outils et de solutions… On apprend à gérer des projets informatiques, à les traiter de A à Z, à s’adapter aux équipes et aux outils. Ce qui m’a beaucoup plu, c’est qu’on apprend à ne pas avoir peur de l’inconnu : même si l’on n’a pas de solution à un problème donné, on va chercher pour en trouver.

Comment vous est venue votre vocation d’ingénieure ?
Ça n’a pas été forcément évident, car je ne m’étais jamais dit que je voulais être ingénieure en informatique. Au début du lycée, je me suis demandé ce que j’aurais envie de faire comme métier. Je me suis posée et j’ai réfléchi à ce que j’aimais. C’est à ce moment-là que j’ai pris conscience que l’informatique pouvait devenir mon métier. Étonnamment, mon père travaillait dans cet univers, j’étais entourée par cet univers et il ne m’était jamais venue à l’idée que je pourrais y travailler ! Ce fut un déclic, une évidence mais qui ne s’est jamais présentée de la sorte. Puis, j’ai découvert l’EPITA, qui proposait des études d’informatique et avait l’avantage de délivrer le titre d’ingénieur – un passeport.

En quoi la vie associative est-elle un élément important, voire fondamental, des études ?
La vie associative permet de changer de contexte, de sortir des cours et des examens. Il existe un très grand nombre d’associations, notamment à l’EPITA, qui touchent à des sujets très variés : le sport, la culture, l’évènementiel, l’humanitaire, etc. C’est un environnement très enrichissant à la seule condition qu’on ait la volonté d’y participer. Et si une association n’existe pas et qu’on a une idée de projet, il ne faut surtout pas hésiter à la créer ! C’est aussi un complément d’apprentissage, très apprécié des recruteurs. En effet, les étudiants gèrent eux-mêmes les associations tant pour l’organisation que la technique et l’humain. C’est une très grande aventure.

Justement, vous êtes présidente d’honneur de Synergie. En quoi consiste les activités de cette association ?
Synergie a pour vocation d’encourager les jeunes, particulièrement les jeunes filles, à faire des études scientifiques, notamment en informatique. Le secteur souffre cruellement du manque de femmes. En France, les études d’ingénierie en informatique sont celles qui comptent le moins de filles. Il y a près de deux ans, avec des garçons et des filles de l’EPITA, nous avons décidé de créer cette structure pour se doter d’un cadre afin de pouvoir intervenir dans des lycées et les médias, organiser des ateliers, des rencontres, etc. Notre objectif est d’améliorer l’image du monde informatique et l’association facilite la mise en place d’actions de communication dans cet objectif.

Pourquoi les femmes sont-elles toujours sous-représentées dans l’informatique ?
C’est une question complexe tant les raisons sont nombreuses. En tant que femmes à Synergie et en se basant sur nos expériences, on s’aperçoit qu’il existe une représentation erronée du secteur : les plus jeunes pensent que l’informatique est composée d’individus renfermés sur eux-mêmes, peu sociables et qu’ils ne font – et ne savent faire – que de la technique. Les profils dépeints dans les séries, au cinéma ou à la télévision ne font que renforcer cette vision erronée. Quand on parle d’informatique, on a tendance à n’envisager qu’un seul type de métier, alors qu’il en existe une immense diversité ! C’est rarement montré et encore moins mis en avant.
Dans les lycées, nous avons parfois des retours qui montrent que les élèves ne sont pas capables de définir ce qu’est l’informatique : lorsque nous leur demandons ce qu’est l’informatique selon eux, nous avons des réponses du type « Facebook ? » Les plus jeunes n’ont pas conscience de l’ouverture de ces domaines et de tout ce que l’on peut créer avec. Il est également important de miser sur l’accessibilité aux formations et aux études en informatique.
Pour résumer, je dirais que cette situation est due à un ensemble de préjugés négatifs, à une méconnaissance du secteur et à un univers très masculin qui peut créer une certaine peur pour les filles de s’y engager. De plus, malheureusement, de nombreuses filles se sous-estiment alors qu’il n’y a aucune raison. Il n’y a pas de profil type pour être dans l’informatique – à part être passionné(e)- !, contrairement à ce que font penser les préjugés, ceux que l’on subit et ceux que l’on s’impose à soi-même.

Comment faire évoluer cette situation ?
Cela va prendre du temps. Le plus important est de changer cette image, de faire des actions afin de montrer différents profils et toutes les possibilités qu’offre ce domaine. Mais attention, il ne faut pas se focaliser sur les femmes uniquement ! Ce qu’il faut, c’est promouvoir la mixité et la diversité.
C’est un changement de mentalité qui ne s’opère pas du jour au lendemain. La communication est le cœur de ces actions de longue haleine. Il faut communiquer sur ce qu’il est possible de faire en informatique, présenter les différentes formations possibles – avec une attention particulière pour les filles en leur expliquant qu’elles ont également les capacités pour évoluer dans ce secteur car beaucoup d’entre elles s’autolimitent. Le vrai problème n’est pas l’informatique, mais la vision que l’on en a ainsi que la vision que l’on a de soi-même. Si on ne se croit pas capable, on ne va pas se donner les moyens d’y arriver. Et si on ne se donne pas les moyens d’y arriver, on n’y arriv
era très probablement pas ! Surtout les filles. L’enjeu de la parité touche de nombreux domaines et à chaque fois le problème est le même : l’incompréhension et les préjugés, qu’il faut atténuer si l’on veut que chacun et chacune puisse faire ce dont il ou elle a envie sans jugement négatif.

Que diriez-vous à un(e) lycéen(ne) ou un(e) étudiant(e) qui souhaiterait embrasser une carrière comme la vôtre ?
N’attendez pas d’avoir le bac pour réfléchir à ce que vous voulez faire dans la vie. Ne restez pas dans l’attente des autres ou d’un évènement particulier pour avancer, faites marcher votre curiosité et allez vers les autres. Renseignez-vous, allez-y ! Le fait de savoir ce que l’on veut faire est, selon moi, un indicateur de succès. Il faut prendre du temps pour se connaître et lorsque l’on a trouvé sa voie, y aller jusqu’au bout et surtout ne pas s’attarder sur les « qu’en-dira-ton » ! Saisissez toutes les opportunités qui se présentent et ayez une grande ouverture d’esprit.
Autre point important : il y aura toujours des difficultés, il ne faut pas en avoir peur mais voir les obstacles comme des challenges, des opportunités pour apprendre, s’améliorer et évoluer. Il faut toujours voir les côtés positifs et ce que ça peut nous apporter. Les difficultés font partie de la vie, il faut y faire face parce que, paradoxalement, plus on les évite plus on en aura …
Et si ça ne marche pas, c’est à vous de choisir si vous souhaitez recommencer, en prenant en compte vos erreurs pour ne plus les refaire, ou bien vous réorienter dans un autre domaine qui vous passionne. Dans tous les cas ne vous arrêtez pas. Il n’y a que vous qui puissiez savoir ce qui vous rendra heureux/se, arrêtez de vous sous-estimer – même si vous avez du retard sur des sujets ou des problèmes de compétences, vous pourrez toujours vous améliorer. Fixez-vous des objectifs bien définis, clairs et réalisables à court, moyen, et si possible à long terme, cela vous motivera et vous donnera les moyens de réussir.