Les apprentis de l’EPITA : découvrez le parcours de Hugues Jonqueres (promo 2017)

Pour devenir ingénieur ou expert en ingénierie informatique, certains étudiants de l’EPITA ont fait le choix de l’apprentissage. Permettant une poursuite d’études rémunérée qui associe formation pratique en entreprise et enseignement théorique, cette formation convient ainsi à différents profils ayant à cœur de goûter au plus tôt au monde professionnel. L’EPITA vous propose de découvrir le parcours de trois de ces apprentis : après Charlotte Plancq (promo 2017), faites plus ample connaissance avec Hugues Jonqueres (promo 2017), actuellement en 2e année du Cycle Expert.

les_apprentis_de_epita_hugues_portrait_2015_01.jpgQue faisais-tu avant de devenir apprenti ?
J’ai fait un BTS Informatique de gestion à l’ETS Iris. Ensuite, j’ai travaillé pendant un an et demi en CDI dans une société de consulting qui, à l’époque de mon BTS, m’avait déjà pris en alternance. Enfin, j’ai quitté mon poste pour m’inscrire à l’EPITA au mois de septembre 2014.

Pourquoi avoir décidé de reprendre tes études et de rejoindre l’EPITA ?
En fait, dès la fin de mon BTS, je savais que je voulais obtenir un bac+5. En effet, j’estimais qu’avec un bac+2, les débouchés allaient être assez limités dans le domaine de l’informatique. À la fin de mon alternance, j’en avais même déjà discuté avec mon entreprise : ils savaient que j’avais l’envie de reprendre mes études. Après un certain temps, je me suis donc remis à chercher une nouvelle école plus activement. Comme j’étais surtout intéressé par l’idée de faire une formation complète, c’est-à-dire pas uniquement basé sur l’informatique, j’ai rapidement trouvé mon intérêt à l’EPITA qui offrait également des cours orientés sur le management et beaucoup d’autres aspects de la vie professionnelle en dehors de l’informatique pure. Récemment, j’ai par exemple suivi des cours sur le CRM, des cours permettant d’améliorer nos présentations ou encore des cours de droit et de gestion.

Qu’est-ce qui t’attirait autant dans l’apprentissage ?
Actuellement, j’estime que l’apprentissage est quelque chose de vital. En effet, on demande beaucoup d’expérience aux jeunes après leurs études mais, malheureusement, ils ne l’ont pas forcément. Avec l’apprentissage à l’EPITA, je sais que ces trois années, je vais pouvoir les ajouter à mon CV. C’est autant de temps passé en entreprise, à valider mes connaissances dans un domaine professionnel. C’est un bon justificatif de ma capacité à travailler dans le milieu pro. Pour moi, c’est plus valorisant qu’un diplôme délivré à la sortie de l’école avec seulement deux stages qui, comme ils ne durent pas forcément très longtemps, ne permettent pas vraiment de s’intégrer dans une entreprise.

Quelle est justement l’entreprise qui t’accueille actuellement ?
Je suis chez Orange où je travaille avec une équipe qui s’assure de la cohérence des données sur les bases de données des clients mobile. En fait, nous avons « à disposition » les bases de données de production, avec tous les abonnements téléphones mobiles des clients Orange. Notre application est référente par rapport aux autres applications utilisés à Orange autour de ces données. Ainsi, quand l’une d’entre elles à un souci, que ses données sont fausses, nous faisons des comparaisons sur des critères précis pour remettre en cohérence ces données et faire en sorte que l’intégralité du système d’informations ait les bonnes données à jour. C’est grâce à ce bon fonctionnement que le système d’informations peut ensuite effectuer des contrôles et, éventuellement, renforcer ou clore tel ou tel abonnement.

Qu’est-ce qui te plaît dans cette mission ?
Il se trouve que je suis moi-même client d’Orange. C’est particulièrement intéressant de voir comment cela fonctionne de l’intérieur et voir ce qu’il se passe dans le système lors d’une création de forfait. Je peux également voir mon forfait dans les bases de données et comprend ainsi tous les mécanismes et applications servant à l’utilisation d’un service particulier de mon forfait. C’est aussi très professionnalisant de travailler sur des bases de production car, quand on fait des corrections sur des millions de données à la fois, on n’a pas le droit à l’erreur. Cela nécessite de vraiment valider les tests, de passer par beaucoup de procédures pour s’assurer qu’il n’y a pas de problème, etc.

Que souhaites-tu faire plus tard ?
C’est une grande question. Comme je suis la formation du Cycle Expert, cela signifie que je ne vais pas avoir de spécialisation en sécurité à l’inverse des apprentis du Cycle Ingénieur mais des connaissances globales dans à peu près tous les domaines. Pour l’instant, je sais que j’aime bien faire du développement et de l’administration système. Je n’ai donc pas de point de vue arrêté sur ce que je veux faire plus tard : je sais juste ce que je ne veux pas faire, de par mes expériences précédentes. Par exemple, je ne suis pas du tout intéressé par refaire de l’ERP SAP, vu que je trouve que c’est un monde très fermé. On verra d’ici deux ans, quand j’aurai mon diplôme.