Intelligence économique et cybersécurité : les étudiants de l’EPITA changent la règle du jeu

Un des enjeux majeurs de la compétitivité des entreprises françaises est de rapprocher la pratique informatique et l’intelligence économique. Aujourd’hui ces deux disciplines sont devenues indispensables et interdépendantes. En effet, comment peut-on sécuriser un système informatique sans approche stratégique ? Comment faire de l’intelligence économique sans faire d’informatique ? Des questions que se posent également les étudiants de 5e année de l’EPITA appartenant à la mineure Intelligence Économique.

mineure_intelligence_economique_equipes_etudiants_5e_annee_strategie_entreprises_projets_cuber_securite_defense_informatique_enjeux_01.jpgEntre septembre et novembre 2014, les étudiants de cette mineure devaient réfléchir à une problématique de cybersécurité liée à la défense des systèmes d’une entreprise. Répartis en deux équipes devant organiser une défense et mener une attaque l’une contre l’autre, les étudiants ont dévoilé après plus d’un mois de travail acharné leurs propositions respectives, le 2 décembre, devant les notamment Christian Harbulot (directeur de l’École de Guerre) et des intervenants de la mineure, composée essentiellement des enseignants de l’EGE. « C’était la dernière rencontre pédagogique de la mineure Intelligence Économique, l’occasion à la fois de finir le travail et de pouvoir l’évaluer, explique Michel Sasson, responsable de la mineure. L’idée c’était de vérifier comment les deux équipes avaient monté leur défense et préparé leur attaque. » Les intervenants et les étudiants ont partagé ce moment d’excitation et de travail autour de l’intelligence économique pour cette deuxième édition de la mineure. C’est le cas par exemple de Maïté Amourdon (EPITA promo 2015) qui avait avant tout rejoint la mineure pour son côté opérationnel. « J’ai appris pas mal de choses, notamment sur les jeux d’influences qui peuvent changer notre conception des choses et même les règles pour pouvoir y jouer… mais j’ai surtout exacerbé mon sens critique car tout n’est pas noir ou blanc », raconte-t-elle.

mineure_intelligence_economique_equipes_etudiants_5e_annee_strategie_entreprises_projets_cuber_securite_defense_informatique_enjeux_02.jpg« En sécurité informatique, il ne faut pas oublier la dimension humaine »
Pour ce défi haletant, chaque groupe d’étudiants était mené par un chef qui s’occupait de leur confier des tâches spécifiques et des délais à respecter. Ensuite, les étudiants formaient des binômes pour pouvoir travailler efficacement sur un sujet précis et mieux l’approfondir en travail personnel. « En un mois et demi et sous forte pression, ils ont appris à produire neuf livrables différents, les plus importants étant les cartographies d’acteurs et les analyses de risques, par des allers-retours entre les équipes enseignantes et les équipes d’élèves qui produisaient, souligne Michel Sasson. En sécurité informatique, il ne faut pas oublier la dimension humaine en plus de proposer des solutions techniques. Nous apprenons à nos étudiants à réfléchir de façon stratégique en travaillant en équipe. À cela vient s’ajouter la dimension d’anticipation. Il s’agit de se poser la question suivante “Quel secret voudrais-je obtenir si j’étais un opposant ?”. Cette approche intègre le conflit comme élément de la stratégie de l’entreprise. À l’EPITA, les étudiants apprennent ainsi à opérer cette réflexion sur la nature de la relation conflictuelle dans le cadre d’une relation de compétitivité entre entreprises et entre États. »

mineure_intelligence_economique_equipes_etudiants_5e_annee_strategie_entreprises_projets_cuber_securite_defense_informatique_enjeux_03.jpg« Un atout précieux pour les grandes entreprises comme pour des start-ups »
Stéphanie Monsénégo, fondatrice de l’agence SCM Conseil, partage l’analyse de Michel Sasson. Intervenante au sein de la mineure et membre du jury jugeant de la qualité des démarches des deux équipes (voir encadré), elle retient particulièrement « la réactivité, l’intelligence et la motivation » des EPITéens concernés. « Mon intervention avait pour objectif de leur faire intégrer des notions de géopolitique, de stratégie, d’économie… Ils se sont impliqués avec enthousiasme et m’ont permis de leur proposer un cours réellement interactif et vivant. Dans un monde de plus en plus digital, on ne peut plus penser la fonction d’ingénieur informatique sans en appréhender la dimension économique et surtout stratégique pour l’entreprise. Cette mineure permettra à ceux qui l’ont faite de revendiquer une capacité d’analyse et de décryptage de leur environnement concurrentiel, un atout précieux pour les grandes entreprises comme pour des start-ups. »

mineure_intelligence_economique_equipes_etudiants_5e_annee_strategie_entreprises_projets_cuber_securite_defense_informatique_enjeux_04.jpg


Ils composaient le jury de la mineure Intelligence Economique
Christian Harbulot, directeur de l’École de Guerre Économique, associé du cabinet Spin Partners ; Stéphanie Monsénégo, fondatrice de l’agence SCM Conseil et spécialiste de la communication de crise ; Cédric Pradel, consultant cybersécurité et ancien Officier de la Cyberdéfense pour l’État-Major des armées ; Michel Sasson, responsable de la mineure Intelligence Économique de l’EPITA, à la tête de la société Sasson Conseil.