Le Startup Europe Roadshow passait par l’EPITA

Après Poznań le 27 février et avant Berlin le 27 mars, le Startup Europe Roadshow s’arrêtait à l’EPITA le 11 mars avec, dans ses bagages, des intervenants de qualité tels qu’Alexandre Malsch (Epitech promotion 2009), fondateur de Melty et Frédéric Mazzella, créateur de BlaBlaCar.

Créé à l’initiative de la Commission européenne et de l’association Europeans Young Innovators Forum (EYIF), ce workshop high-tech était cette fois-ci organisé à l’EPITA par StartUp42, l’accélérateur de start-ups numériques de l’école, et permettait aux étudiants et professionnels présents de s’entretenir avec ces créateurs de start-ups au succès avéré. En retraçant l’évolution de leurs start-ups et les opportunités représentées par le marché européen, Alexandre Malsch et Frédéric Mazzella s’inscrivaient parfaitement dans la thématique de cette première édition conçue pour promouvoir l’entrepreneuriat auprès des jeunes européens. « L’évènement permettait aux jeunes porteurs de projets technologiques français d’interagir avec ces mentors qui partagent cette formation scientifique technique et cette ambition européenne, explique Daniel Jarjoura, directeur de StartUp42. Ils ont pu insuffler de la bonne énergie et montrer qu’il est possible de réussir en combinant un profil technique avec celui d’un patron, d’un meneur d’hommes. »


startup-europe-roadshow-02.jpg

Daniel Jarjoura (StartUp42)

« Avec Internet, il ne faut plus penser en termes de frontières physiques »
Si meltygroup est aujourd’hui leader sur les jeunes en France avec plus de 10 millions de visiteurs uniques par mois et près de 3 millions de visiteurs uniques en Espagne et Italie moins d’un an après le lancement de ces plateformes, son fondateur Alexandre Malsch a encore beaucoup d’ambitions pour la suite. « On va lancer une dizaine de nouveaux pays cette année, assure-t-il en marge de son intervention visant à stimuler les entrepreneurs à créer d’autres belles start-ups. Aujourd’hui, avec Internet, il ne faut plus penser en termes de frontières physiques : il faut viser tout de suite un marché global. L’Europe est un premier pas, car le libre-échange permet d’aller plus vite. » 
Cette vision internationale est largement partagée par Frédéric Mazzella à la tête de BlaBlaCar, le leader du covoiturage en Europe. Venu « transmettre ses expériences » pour « faire gagner du temps à des personnes qui souhaiteraient créer leur propre start-up Internet » et leur « éviter certaines erreurs » qu’il a pu produire par le passé, il souligne l’importance que représente l’oubli des frontières. « Pour une société comme la nôtre, l’Europe fait en sorte qu’on ait les moyens de nos ambitions, glisse-t-il. Pour être toujours à la pointe, il faut beaucoup de moyens, et pour cela, il faut avoir beaucoup de membres : c’est la raison pour laquelle les start-ups Internet développent beaucoup leur réseau. Il y a des facteurs d’échelle très importants. Ce sont les start-ups qui ont le plus grand nombre de clients potentiels, et donc de revenus, qui peuvent innover le plus et aller plus loin. »

startup-europe-roadshow-03.jpg

Alexandre Malsch (Melty)

Etre ingénieur, un atout indéniable pour faire progresser sa start-up
Autre point sur lequel les deux intervenants se rejoignent : la plus-value de l’approche scientifique. « Les écoles d’ingénieurs, et d’informatique en général, permettent d’apprendre la programmation et le développement et donc d’avoir une structure de pensée intéressante, note Alexandre Malsch. Cela fait qu’on peut assez vite débugger le système de sa start-up et le rendre “scalable“. » Pour Frédéric Mazzella, outre la capacité de réaction, ces formations apportent surtout une rationalité précieuse lorsqu’on se retrouve impliqué dans le développement d’une entreprise : « Un business, ça peut devenir très émotionnel ! Ça peut devenir “un bébé qu’on veut défendre par tous les moyens” et il faut justement savoir prendre du recul par rapport à tout ce qu’on constate et tout ce qu’on arrive à construire. Cet état d’esprit-là permet de faire des choix plus raisonnés que si l’on se fiait simplement à nos émotions. »

startup-europe-roadshow-04.jpg

Frédéric Mazzella (BlaBlaCar)