Benoit Sigoure : « Les grandes entreprises recherchent le profil Epita ».

sigoure_petite.jpgInterview de Benoit Sigoure
Promotion 2008
CSI (Calcul Scientifique et Image)

Benoît Sigoure, ancien de l’EPITA, travaille désormais pour Google, en Irlande, dans la banlieue de Dublin. Après son cursus et un stage à l’étranger (mythique Silicon Valley !), Benoît a su se faire remarquer par la petite start-up devenue le géant du Web que tout le monde connait. Avant même d’accomplir son dernier jour de stage, il connaissait son futur employeur, Google, et son nouveau lieu de vie. Retour sur une expérience d’étudiant au soleil qui devient un métier enrichissant…sous un climat bien plus iodé !

– Que faîtes-vous exactement chez Google ?
– Qu’est ce qui vous a poussé à vous orienter vers l’international ?
– En quoi l’Epita vous a-t-elle apporté la capacité à réaliser votre projet ?

Benoit, bonjour. Que faîtes-vous exactement chez Google ?

 Je suis ingénieur développeur (software engineer). Je travaille dans le groupe des SREs (Site Reliability Engineers) qui consiste à gérer l’infrastructure de Google, sa fiabilité et sa disponibilité permanente. Vu l’échelle de Google, les techniques de gestion d’infrastructures traditionnelles ne suffisent pas. Mon rôle, en tant que SRE consiste principalement à développer des outils pour gérer cette infrastructure titanesque, mais aussi à gérer les incidents, analyser les performances des différents services de Google pour maintenir des temps de réponse très faibles, etc.

Qu’est ce qui vous a poussé à vous orienter vers l’international ?

Le marché de l’emploi à l’étranger est actuellement très demandeur de profil type Epita (tout particulièrement dans la Silicon Valley). De nombreuses compagnies ne sont pas physiquement présentes en France (par exemple Google n’a qu’un département de ventes à Paris). J’estimais surtout que les ouvertures à l’international promettent des débuts de carrière souvent très intéressants (évolutions rapides, salaires plus compétitifs qu’en France).

L’opportunité de faire un stage de fin d’études sous le soleil de Mountain View en Californie, au sein de la plus grande "start-up" de la Silicon Valley, opportunité proposée chaque année à plusieurs étudiants de l’EPITA, était donc trop tentante pour pouvoir résister. Lorsqu’ils m’ont proposé d’embrayer sur un CDI à temps plein à Dublin, je n’ai pas hésité une seconde, j’ai accepté ave joie…et tant pis pour le soleil !

En quoi l’Epita vous a-t-elle apporté la capacité à réaliser votre projet ?

Avec un peu de recul, je réalise que le cursus de l’EPITA est particulièrement bien adapté aux besoins de l’industrie. La pénurie dans le domaine de l’ingénierie informatique est principalement causée par deux facteurs : la baisse d’inscriptions dans les cursus d’informatique et la minorité de gens formés qui en ressortent avec l’ensemble des compétences demandées par les entreprises.

Ce n’est pas un hasard si de nombreuses écoles et universités réorganisent leurs cursus pour mieux répondre aux demandes des industries, particulièrement aux États-Unis, pays traditionnellement importateur de "cerveaux", malgré le grand nombre d’universités américaines.

Je suis convaincu que l’EPITA se positionne comme leader, ce qui l’a d’ailleurs conduit à son succès très rapidement. Il est par exemple impossible de travailler à Google sans avoir des connaissances techniques très poussées et beaucoup de rigueur. Le cursus de l’EPITA, mêlant habilement la théorie à beaucoup de pratique, a su me former pour répondre à cette attente.

Benoit Sigoure aka Tsuna

Software Engineer (Ads SRE @ Dublin)

—–

Benoît vous propose ce lien vers une interview de Bjarne Stroustrup, qui a créé le langage de programmation C++. Il a quitté récemment son poste de chercheur pour devenir professeur à l’université du Texas où il s’attache à restructurer l’enseignement de l’informatique pour que les étudiants en sortent opérationnels. Étrangement les problèmes qu’il soulève et les solutions qu’ils proposent sont exactement ce qui a été pratiqué à EPITA depuis des années.