L’EPITA forme aux carrières internationales

robeyns2.JPG

Edouard Robeyns (EPITA – ING3 – MTI) est entré à l’école via les classes préparatoires avant de suivre, en plus du cursus classique, le module Marketplace en partenariat avec une université allemande, ainsi qu’un module de Stevens à Paris. Très tôt formé à l’international, Edouard n’a pas attendu la fin de ses études avant de se lancer dans l’aventure mondiale. Dans le cadre de son stage de tronc commun, il avait été accepté pour effectuer une mission dans l’entreprise chinoise Watchdata (1).

 

Edouard insiste sur l’importance de la qualité de la formation qu’il a reçue à l’EPITA dans la réussite de ce projet : « La principale qualité d’EPITA est de former des étudiants qui peuvent s’adapter rapidement à n’importe quelle situation. Ce stage en fut un parfait exemple : je suis allé dans un pays inconnu, travailler avec des gens dont je ne parlai pas la langue natale, sur des technologies qui m’étaient jusque-là inconnues. Cependant ce stage fut une vraie réussite au point que l’entreprise me rappelle plusieurs mois après pour participer à un de ses principaux événements : CARTES (2) ».

 

Pouvez-vous expliquer votre parcours de l’Epita à aujourd’hui?

J’ai commencé EPITA via les classes préparatoires. J’ai suivi le cursus classique et ai fait Marketplace ainsi qu’un module de Stevens à Paris en Ing1. J’ai ensuite effectué mon stage de tronc commun en Chine et suis actuellement en troisième année du cycle ingénieur, dans la spécialité MTI.

Pouvez-vous me raconter en quelques mots ce qui vous a donné envie de donner une tournure internationale à votre carrière et comment vous vous y êtes préparé ?

Je suis depuis plusieurs années passionné par certaines langues vivantes et les cultures de certains pays. Aussi il était naturel pour moi de profiter de l’occasion du stage de tronc commun pour vivre pleinement ces passions. J’ai par exemple appris un minimum de chinois avant d’aller dans le pays.

Comment l’Epita est intervenue dans ce cheminement ?

L’EPITA a fait venir sur le campus une association qui met les étudiants intéressés en relations avec des entreprises chinoises. J’ai proposé mon CV et ai été accepté.

Quels ont été les moments forts de cette transition ?

L’arrivé en Chine sans aucun doute. Je ne connaissais personne là-bas et il m’a fallu un bon mois avant de retrouver un rythme régulier.
Cela est dû au fait que tout est différent là-bas : les coutumes, la langue, la nourriture, etc.

Considérez-vous que l’Epita vous a guidé dans une orientation internationale ? Et en quoi ?

Tout a fait, d’abord en obligeant ses étudiants à se servir régulièrement de l’anglais, puis en proposant certaines expériences internationales avant le premier stage, tel que Marketplace (en partenariat avec une université allemande) ou encore Stevens.

Considérez-vous que l’Epita vous a favorisé votre professionnalisation ? Et en quoi ?

Oui. La principale qualité d’EPITA est de former des étudiants qui peuvent s’adapter rapidement à n’importe quelle situation. Ce stage en fut un parfait exemple : je suis allé dans un pays inconnu, travailler avec des gens dont je ne parlai pas la langue natale, sur des technologies qui m’étaient jusque-là inconnues. Cependant ce stage fut une vraie réussite au point que l’entreprise me rappelle plusieurs mois après pour participer à un de ses principaux évènements : CARTES (2).

 

(1)  La société  Watchdata

Watchdata est une société chinoise spécialisée dans la conception de cartes à puces. Elle est actuellement leader sur le marché asiatique et cinquième sur le marché mondial. La maison mère où se déroule la production ainsi que la R&D se trouve à Beijing (Pékin), mais elle possède des filiales sur les cinq continents pour les ventes ainsi que le marketing, dont une à Marseille.

(2) L’événement  CARTES

CARTES est la plus importante exposition mondiale sur les cartes à puces. Elle se déroule chaque année à Paris début novembre et regroupe tous les acteurs importants de ce marché, afin qu’ils présentent leurs nouveaux produits.