Epitanime : la grande convention française sur la Japanimation

C’est parce que l’EPITA est une école de passionnés qu’elle sait accueillir aussi largement et depuis quinze ans cette convention d’autres passionnés. “Donnant ainsi aux épitéens amoureux du Japon et de sa culture“, assure Joël Courtois, directeur de l’école, “ l’occasion  d’ acquérir une vraie expérience professionnelle dans un domaine différent et original : l’évènementiel. On ne bâtit pas une manifestation à l’échelle nationale durant 3 jours sans une excellente organisation.”

Ils ont été 6000, en costumes ou en vêtements de tous les jours, à applaudir le cosplay aux perruques multicolores, à danser et à s’essayer aux karaoké, jeux de go ou de Majhongjeux vidéo et à la danse revolution dans la cour , les salles et dans l’immense sous-sol de l’EPITA tranformé en foire aux mangas.

Les Gothics Lolitas toutes en noir, couvertes de chaînes et de clous se mêlent aux personnages de Rozen Maiden, ces jeunes filles déguisées en poupées, avec dentelles, fanfreluches roses et ombrelles. Toutes juchées sur d’immenses talons plate-formes.

Clou du show : un jeune homme entièrement peint en bleu, méconnaissable en dieu de la mort  aux immenses ailes noires de la série Death Note, se promène habilement sur des échasses. Il est en terminale S à Troyes.

Trois étudiants de Clermont-Ferrand se régalent de nems à la cafeteria en se réjouissant car la convention Epitanime est tellement plus conviviale que d’autres évènements autour du Japon ! 

La famille Martin, parents et enfants presque trentenaires, se produit tous les ans, par amour du Japon, des jeux, des mangas et des poupées de résines. Chez eux plus de 80 magnifiques costumes home made attendent d’autres évènements et participent à des expos, car toute la vie familiale tourne autour du manga et souvent jusqu’à 6 heures du matin devant l’écran de jeu ! Même pour Moumoune, la dynamique mère de famille.

Epitanime, pour beaucoup, est l’occasion de se lâcher, de vivre sous un autre nom, une autre identité le temps d’un week end. Pour les visiteurs, un spectacle et des animations annuels autour de leur passion de geeks. Une passion née dès l’enfance,  pour la “génération Club Dorothée” et de l’incontournable Goldorak , suivie de ses petits frères accros à Pokémon, Naruto et Card Captor Sakura !

Félicitations à tous les étudiants de l’EPITA membres de l’équipe Epitanime pour cette organisation remarquable !” insiste Joël Courtois.

Site internet de la convention : http://www.epita-convention.com/

Site internet de l’association : http://www.epitanime.com/