Les majors de l’EPITA : Loic Chen (promotion 2014), majeure de la filière Télécommunications (TCOM).

Durant l’été, l’EPITA vous présente quelques-uns des majors de la promotion 2014. Découvrez le parcours de Loic Chen, major de la filière Télécommunications (TCOM).

major_epita_promo2014_loic_diplome_majeure_telecommunications_parcours_temoignage_01.jpgQu’est-ce que l’EPITA représente pour toi ?
Beaucoup de choses m’ont marqué à l’EPITA mais je crois que c’est ma 3e année, la première du cycle ingénieur, qui a été la plus à part, tant pour la Piscine – avec un nombre important d’informations à apprendre en seulement 10 jours – que pour le rythme des projets et des cours que nous avions en parallèle. Je retiens aussi le fait d’avoir pu rejoindre du laboratoire de la Majeure Télécommunications. J’y ai particulièrement apprécié le travail d’équipe.

Quel était ton rôle au sein du labo TCOM ?
Je devais préparer et organiser différents TP pour les autres étudiants de ma promotion. Cela signifiait écrire les sujets, réfléchir aux questions et savoir comment présenter le tout aux étudiants. C’était vraiment intéressant et pédagogique car, avant même de proposer le TP, il fallait qu’on soit en mesure de le réaliser nous-mêmes ! Cela permettait de voir où les étudiants allaient peut-être bloquer et donc de prévoir des indices à donner à telle ou telle étape. Du coup, contrairement à un étudiant classique, on passait beaucoup plus de temps à approfondir les TP.

Pourquoi avais-tu choisi l’option Télécommunications ?
J’ai toujours été intéressé par ce domaine, y compris en terminale où j’avais fait un projet consistant à monter un petit réseau. Je savais que l’EPITA proposait une spécialisation et, dès ma 1re année, je savais que j’allais me diriger vers elle par la suite.

Qu’est-ce que t’a apporté l’EPITA dans ce domaine ?
La partie télécom que je connaissais reposait surtout sur les réseaux d’entreprises ou à domicile – des réseaux assez petits. L’avantage à l’EPITA, c’était la possibilité de m’ouvrir à d’autres choses, comme les télécom mobiles ou la data, ou encore de découvrir l’historique de ce domaine pour mieux comprendre les technologies actuelles.

À l’EPITA, en dehors des cours, il y a également une belle vie associative. Tu en faisais partie ?
Oui, j’étais membre de l’association Episport pour m’occuper de l’organisation de la partie badminton pendant près de deux ans. J’ai justement beaucoup apprécié tout ce côté organisationnel, le fait de devoir gérer un petit groupe de personnes afin de se retrouver et faire du sport dans de bonnes conditions. À côté de ça, j’étais aussi membre de l’association Epitanime.

Est-ce que tu crois qu’il y a un fort esprit promo au sein de l’école ?
C’est plus difficile de se voir régulièrement une fois la spécialisation choisie mais j’ai gardé énormément de contacts de ma 3e année. Au sein des majeures en elles-mêmes, l’esprit d’équipe était vraiment très bon : nous étions tous là pour apprendre en même temps.

Est-ce qu’il y a des cours qui t’ont particulièrement marqué ?
Dans ma filière, il y a deux cours qui me viennent à l’esprit : ceux d’Eric Gaillard – sur le monde IP, les réseaux LAN, etc. – et ceux d’Alain Stephan – sur la culture générale, le monde de l’entreprise et les télécommunications.

Que fais-tu aujourd’hui ?
J’ai été recruté en CDI par l’entreprise qui m’avait accueilli lors de mon stage de fin d’études, British Telecom, et travaille désormais pour un de ses clients, la Société Générale. Lors de mon stage, je m’occupais moins de la technique que de l’administratif, avec de la compréhension de process, du fonctionnement des contrats, de la facturation, etc. Mon rôle actuel est différent : j’ai dû passer une certification Cisco pour pouvoir basculer du côté de la technique. Du coup, je suis aujourd’hui dans la partie exploitation.

Qu’est-ce qui te plaît dans ton poste actuel ?
Tous les sujets que je suis amené à devoir traiter et notamment les incidents qu’il faut résoudre très rapidement ! J’aime aussi l’organisation des changements, la modification des configurations d’équipements et des infrastructures.