Symble a su rester simple

Brice Pinsart (EPITA promotion 2012 spécialisation Télécommunications) était secrétaire général de l’association entreprise Cristal. Il y a un peu moins d’un an, avec l’un de ses camarades de promotion, également impliqué au sein de Cristal, il a créé Symble, une société proposant des programmes avec la suite Office de Microsoft aux entreprises.

symble_graphe.png

Lors de leur stage de fin de troisième année, Brice et son accolyte ont pu constater qu’une importante proportion d’entreprises utilisait les logiciels de bureautique de la suite Microsoft Office (environ 80 % d’après une étude de marché du groupe Forrester Research). C’est en créant des outils d’optimisation d’Excel, Powerpoint ou Access lors de ces stages qu’a commencé à émerger l’idée de transformer leur savoir-faire de programmeurs sous Visual Basic (le langage de programmation de Microsoft) en activité entrepreneuriale. « En quatrième année, nous avons eu l’opportunité d’effectuer plusieurs projets sur le même thème grâce à un partenaire commun qui travaillait dans la finance. Il a pu nous mettre en relation avec de grandes sociétés qui faisaient face à des problèmes d’optimisation et automatisation de leurs outils internes. C’est donc tout naturellement que nous nous sommes dit qu’il était temps de lancer notre propre entreprise. Symble était née. »

Adaptation et économie

Les forces de Symble reposent sur des solutions modulables et adaptées aux besoins des entreprises ainsi que des gains de temps et de productivité considérables : « Certains employés vont passer jusqu’à une heure sur leur temps de travail quotidien à créer des tableurs et rentrer des données qui aboutiront à un simple graphique. Nous pouvons mettre en place des applications qui permettront de réduire cette heure à une simple seconde ! Ces activités un peu rébarbatives deviennent moins chronophages. Dans un contexte économique piloté par la crise, nous nous efforçons en plus de proposer à nos clients les meilleurs prix avec une qualité irréprochable. Le bouche à oreille dont nous avons bénéficié durant cette première année prouve de la bonne réputation dont Symble bénéficie. »

Et de fait, les entreprises sont très satisfaites, puisque les clients qui ont fait appel à Symble continuent à lui faire confiance pour les mises à jour et l’évolution des produits proposés. Cependant, toutes ne font pas preuve de la même réceptivité : « Certaines sociétés ont encore du mal à comprendre la notion de retour sur investissement grâce aux énormes gains de temps générés par nos applications. Par ailleurs, en proposant une application adossée à un système préexistant (Excel, Access ou autre), certains clients vont avoir des réticences à ce qu’on ne leur propose pas quelque chose à part, mais des solutions qui sont déjà intégrées a priori dans les logiciels. Notre argumentaire repose alors sur le fait que la suite Office est implantée dans quasiment toutes les entreprises, et que le déploiement de nos offres est alors très simple. Il n’y a pas d’intégration à effectuer, ce qui représente une économie non négligeable. »

L’EPITA et Cristal, gages de qualité

Cette efficacité et ces compétences, ils les ont acquises lors de leur formation : « Incontestablement, l’EPITA nous a apporté les compétences techniques et algorithmiques dont nous nous servons au quotidien : la réflexion et la méthodologie de la programmation nous permettent de structurer notre approche du travail à effectuer de manière pertinente. Par ailleurs, au travers de notre activité au sein de l’association Cristal, nous avons acquis les premières connaissances nécessaires à notre intégration dans le monde de l’entreprise. Cristal fonctionnant comme une micro-société, nous avons pu y expérimenter la comptabilité, les impératifs contractuels, le suivi de projet… Tous les éléments nécessaires au bon fonctionnement d’une entreprise. »

Après une première année de consolidation et de fidélisation des premiers partenaires, les deux étudiants de Symble commencent à réfléchir à un processus d’industrialisation du projet. Une nouvelle phase de prospection et de commercialisation s’ouvre, pour des services très spécifiques encore peu répandus. « Symble est notre première expérience entrepreneuriale, et en cela elle entre dans la continuité de notre formation. Ca ne rend l’expérience que plus sympathique. »