Plongeon au coeur de la piscine (5/5)

Fin d’une nuit de piscine

3 h 00. Dans une partie désertée de la salle des machines, assez mal éclairée, Sabrine est assise bien droit sur son siège, devant son écran, à l’écart de nombreux autres élèves. Elle explique qu’elle s’isole un peu pour ne pas être assaillie de questions par les autres étudiants, qui savent qu’elle a obtenu de bons résultats les jours précédents. En effet, première fille au classement général, elle arrive pour l’instant 6e de la promotion avec 11 de moyenne. Elle a déjà pratiquement achevé le projet de la journée.
Un peu plus loin, Laurent, plus entouré, raconte que de ne pas avoir entendu sonner son réveil un matin lui a valu un -2 qui l’a fait baisser au classement général, alors qu’il était dans les 20 premiers. Il n’en a toutefois pas l’air très affecté.
3 h 45. La collecte des projets est ouverte par les Acus. Les premiers étudiants qui ont rendu leurs projets commencent à quitter les salles, certains pour rentrer chez eux, et d’autres pour se reposer à l’école en rejoignant l’un des labos, agrémenté par les Acus. Les étudiants sont moins causants, et ceux qui continuent à travailler semblent plus inquiets et moins détendus. Ils sont pressés d’en finir avec cette longue veille.
piscfin.jpg
En pleine nuit, le soleil brille encore pour ces étudiants
4 h. Salles machines bien éclairées, avec de la musique. Laurent, l’air détendu devant son écran, m’explique qu’il programme déjà depuis 5 ans, qu’il a déjà achevé son projet depuis un moment, et qu’il ne va pas tarder à partir. Il semble plus pressé de rentrer chez lui que de poursuivre la conversation.
5 h. Les salles machines se vident peu à peu. Les derniers étudiants qui restent ont l’air moins frais et certains somnolent devant leur écran. D’autres discutent de leur classement, et plaisantent à propos de l’un d’entre eux, de bon niveau mais qui a perdu 20 places au classement général parce qu’il ne s’était pas réveillé la veille. Un autre annonce avec fierté qu’il se trouve classé dans le top 20. Ils ne vont pas tarder à s’en aller à leur tour. Certains étudiants traînent dans les couloirs en se demandant s’ils vont rentrer dormir chez eux ou bien se rendre dans une salle spécialement agrémentée par les Acus pour que les élèves puissent se reposer. Dehors, quelques grappes  d’étudiants remontent vers les stations Vélib ou les stations de métro les plus proches.  Quelques heures bien méritées dans les bras de Morphée après une journée aussi longue que dense et riche en enseignements.