Jordane ELMASSIAN (SRS 2003)

Interview réalisée en 2004, Jordane Elmassian était alors consultant chez Deloitte & Touche

jordaneelmassian_200


Vous travaillez actuellement chez Deloitte & Touche LLP. Pouvez- vous nous parler de votre parcours professionnel depuis votre sortie d’EPITA ?

A ma sortie d’EPITA j’ai entrepris un Master of Science in Information System à Stevens Institute of Technology (2003-2004), au cours duquel j’ai assisté le docteur Suzanne Wetzel sur un projet de sécurisation du protocole de communication sans fil Bluetooth.

Trois mois avant la fin de mon Master j’ai commencé ma recherche d’emploi. Parmi les entretiens que j’ai pu obtenir l’un était avec Deloitte & Touche LLP. Ce fut le bon ! En effet, deux mois plus tard je recevais mon contrat de travail.

Cela fait maintenant un an que je suis Consultant Sécurité Deloitte & Touche LLP à New York.

Pouvez- vous nous décrire en quelques mots Deloitte ?

Deloitte est une des "Big Four" !

Aux USA il existe quatres sociétés d’Audit : Price Waterhouse Cooper, Ernst&Young, KPMG et Deloitte.

Ces sociétés emploient la majorité des "Certified Public Accountant", experts comptables certifiant les résultats financiers des entreprises cotées en Bourse.

Ceci est le rôle premier des sociétés d’Audit telle que Deloitte. Leur deuxième corps de métier étant le Consulting.

Deloitte se découpe en plusieurs entités :

  • Deloitte & touche LLP : Entité chargée de l’audit, des taxes, de la comptabilité et d’un éventail de services appelé "Enterprise Risk Services" (dont le département "Security Services Group" dont je fais parti).
  • Deloitte consulting : Entité fournissant les services de conseil à la manière d’une SSII.
  • Deloitte & touche USA : Entité fournissant les services de fusion et acquisition.

Ce découpage est dû aux nouvelles lois américaines de 2002 qui ont contraint les sociétés à séparer leurs activités de conseil et d’audit dans des entités bien distinctes.

L’élaboration de ces réglementations fait suite aux affaires de malversation ayant touchées plusieurs grands groupes américains il y a quelques années, dont Worldcom ou encore Enron.

Deloitte est en fait une marque qui sert à regrouper sous une seule enseigne l’ensemble de ces services. Les sociétés décrites ci-dessus sont des entités privées et indépendantes. L’ensemble des sociétés Deloitte emploie 120 000 personnes dans le monde entier. Le volume de revenu total sur l’année 2004 était de 16.4 milliard de dollars.

Comment avez-vous été recruté ? Quels sont les profils recherchés par Deloitte ?

J’ai été recruté à la suite de la venue de Deloitte sur le campus de Stevens lors d’un Forum entreprises.

J’ai participé à l’organisation de ce Forum. A cette occasion, j’ai rencontré le représentant de Deloitte. J’ai eu la chance de pouvoir m’entretenir avec lui et lui raconter mon parcours. Par la suite, j’ai obtenu un entretien d’embauche chez Deloitte.

Deloitte recherche des profils techniques avec expérience professionnelle. Ils priviligient surtout les candidats à l’aise à l’oral et qui ont la notion du service client. Deloitte, c’est avant tout une société de service plaçant les intérêts du client en priorité !

Mon expérience à 3IE et les compétences que j’ai pu acquérir sur différents projets m’ont permis d’accéder à cet emploi.

Quel poste occupez-vous chez Deloitte ? Quelles sont vos principales missions ?

J’occupe un poste de Consultant sécurité. Je travaille sur diverses missions. Dans le cadre de missions d’audit, par exemple, je suis amené à m’occuper des controles informatiques dans le cadre de la loi Sarbanes Oxley. Mes autres missions peuvent relever de la conduite de projets ou encore du design de prototypes.

Qui sont les grands clients de Deloitte aux USA ? Quelles sont leurs préoccupations actuelles ?

Les grands clients de Deloitte font partie des grandes sociétés internationales dans le domaine bancaire, industriel ou des services informatiques.

Quels sont les principaux risques encourus par vos clients ?

Les risques principaux sont les risques qui ont pour conséquence de fragiliser la santé financière d’une entreprise. C’est-à-dire les fraudes et incapacités à produire.

Depuis les affaires Enron et Worldcom, il a été déterminé que les plus gros risques encourus par une société venaient avant tout de l’interne (malveillance).

Comment gérez-vous la sécurité chez vos clients ?

Mon département a été régulièrement employé pour renforcer les contrôles informatiques liés à l’article 404 de la loi Sarbanes Oxley (Management Assessment of Internal Controls). Rentrée en vigueur le 15 novembre 2004, cette réglementation touche notamment les systèmes de stockage. Elle requiert la mise en oeuvre de procédures et de structures de contrôle interne sur les dispositifs de reporting financier, et tient la gestion de l’entreprise pour responsable en cas d’absence de contrôle.

Cette législation impose aux sociétés cotées en Bourse d’avoir un certain nombre de contrôle humain, mais aussi informatique. Elle rend responsable les exécutifs de ces sociétés en leur demandant d’attester du bon fonctionnement de leur compagnie. Deloitte sécurise les contrôles informatiques en menant des Audits approfondis des systèmes informatiques financiers comme les ERP (Entreprise Ressource Planing).

D’autre part, Deloitte est contractée par ses clients pour des missions variées, telles que le développement de systèmes de sécurité ou la mise en place de nouvelles solutions prêtes à l’emploi.

Le besoin de sécurité et de compétences n’a jamais été aussi grand. Qu’avez-vous l’impression d’apporter à vos clients ?

Si je peux exprimer un point fort acquis au cours de ma formation à l’EPITA, c’est sans aucun doute la capacité à analyser diverses situations et à réagir en conséquence. En effet, il est nécessaire, pour mener à bien les projets réalisés à EPITA, d’avoir l’esprit d’analyse. La difficulté augmente lorsqu’on se retrouve à plusieurs sur les projets. De nombreux paramètres entrent alors en jeu. Les erreurs de conception sont multipliées lorsque le nombre de participants au projet augmente. A force d’essais et d’erreurs chaque étudiant développe et construit sa propre méthode d’analyse. C’est cette même méthode d’analyse que je délivre régulièrement à mes clients.

Quelles technologies utilisez-vous ?

Les technologies utilisées dans mes tâches journalières sont les technologies entourant les systèmes de gestion de bases de données (DataWarehouse, Data Mining,…), les systèmes de gestion d’utilisateurs (Identity Management), et les ERP.

A l’inverse de 3IE, les corporations de Deloitte utilisent des technologies ayant quelques années de maturité. Ce qui est plus rassurant pour les clients de Deloitte. Mais je dois dire que mon expérience à 3IE était beaucoup plus excitante dans le sens où elle m’a permis d’être sans cesse en éveil sur l’actualité des TIC, de détecter et d’analyser l’impact des technologies émergeantes afin de positionner 3IE en amont des acteurs du domaine, mais aussi de savoir maîtriser rapidement ces technologies à fort potentiel.

Comment envisagez-vous votre avenir ?

A cour terme, je souhaite continuer mon expérience à l’internationale. J’aimerai travailler dans quelques années en Asie pour le compte de Deloitte afin d’y découvrir une toute autre culture et un environnement de travail radicalement différent.

A l’issue de cette expérience acquise en Asie, j’envisage de revenir en Europe pour l’Espagne. Je parle suffisamment espagnol pour y travailler quelques années.

Sur le plus long terme, je ne sais pas encore où je vais aller. Je garde à l’horizon le fait que je devrais un jour m’installer définitivement quelque part et au soleil si possible !

Est-ce que l’évolution de carrière aux USA est la même qu’en France ? Et au niveau de votre salaire ?

L’évolution de carrière aux USA n’est pas la même qu’en France. La compétition y est plus intense et le "turn-over" y est à son maximum.

En conséquence les entreprises doivent récompenser les employés qu’elles souhaitent conserver. Les employés américains changent de travail tous les 2 à 5 ans, ce qui diversifie leurs expériences, leurs compétences et les rend de ce fait plus attractifs au regard des acteurs du marché.

J’ai commencé en Février 2003 avec un salaire de $55K, soit $5k en dessous du salaire moyen attribué à un employé sortant d’un Master.

Après 6 mois chez Deloitte et au vu de mes performances, mon salaire a été revu rapidement à la hausse (+5,5%).

A la suite des performances du département "Security Services Group" (SSG), dont je fais parti, nous avons bénéficié d’une seconde augmentation de (+5.5%).

Mon salaire brut actuel est de $62 K. Je m’investis énormément afin d’être promu au poste de Senior Consultant en Septembre 2005 🙂

Merci Jordane et bonne continuation pour la suite…