EPITA école d'ingénieurs en informatique

L'informatique des métiers d'avenir

L'innovation se vit avec des passionnés. L'EPITA a eu la chance d'attirer celles et ceux que la révolution des nouvelles technologies et le fabuleux potentiel de l'informatique moderne fascinent.

Quel avenir pour les jeunes qui choisissent des études informatiques aujourd'hui ?

Un large choix de métiers, une grande place laissée à l'imagination et à l'initiative, un marché du travail qui continue à se développer, des salaires attractifs... l'informatique est et reste un métier d'avenir, en particulier quand on choisit une école comme l'EPITA. Son programme conjugue l'enseignement des technologies de pointe et permet ainsi l'acquisition de "savoir-faire" reconnus par toutes les sociétés du secteur informatique et l'acquisition de "savoir-être" indispensables au développement personnel et à la réussite professionnelle.

Par son aspect universel, l'informatique fait partie de ces rares compétences qui sont valorisées en tout point du monde et vous permettront d'exercer en France, aux Etats-Unis ou en Asie comme les 10 % de diplômés de l'EPITA qui sont répartis sur la quasi-totalité du globe !

Avec près de 6 000 anciens élèves, présents dans plus de 1 800 sociétés, l'EPITA a fait ses preuves depuis plus de 25 ans. Y suivre ses études est sans doute aujourd'hui la meilleure opportunité d'intégrer ce secteur et de conduire une vie professionnelle riche et variée !

Par Laurent Trébulle,
Directeur des relations entreprises de l'EPITA.

Des ingénieurs informaticiens de plus en plus demandés

Comment s'étonner que les ingénieurs et les experts issus de l'EPITA soient très demandés, dès la sortie de l'école, bien souvent même avant la sortie et pour des salaires qui se situent parmi les plus élevés ?

Il n'est pas de secteur qui ne soit promis aux diplômés de l'EPITA : politique, économique, industriel, agricole ; autant la banque que les services, le conseil que les grandes agences de communication, le management que la finance, le marketing que, bien évidemment, les services informatiques...

D'année en année, malgré les crises qui se succèdent, l'industrie européenne et même mondiale, compte en centaines de milliers les ingénieurs de haut niveau dont elle a besoin dans le domaine de l'informatique et des technologies de l'information.

Les ingénieurs de l'EPITA, hommes et femmes, savent y valoriser leurs compétences et y prendre une place enviable.

Des ingénieurs pour la planète

Il n'est pas de contrée où ils ne soient bien accueillis : grands pays industriels, certes, mais aussi BRICS (Brésil – Russie – Inde – Chine – Afrique du Sud) ou pays en voie de développement, à l'Est comme à l'Ouest, au Nord comme au Sud. Il n'est pas de domaine économique ou scientifique dans lesqules leurs compétences ne sont pas appréciées et les progrès que celles-ci amèneront.

Un monde « I.T.driven »

I.T Driven : l'intelligence informatique

Qu'on le veuille ou non, que l'on soit enthousiaste ou critique, nous sommes entrés dans un monde « I.T. driven ». Mais parce qu'elles sont porteuses de tant d'espoirs et de risques, les technologies de l'information ne peuvent être envisagées hors de l'intelligence informatique. Ethique de l'ingénieur, développement durable, autant de challenges du 21e siècle auxquels se préparent les étudiants de l'EPITA.

La France sous la menace d'une pénurie d'informaticiens

Less recruteurs d'informaticiens déclarent peiner à trouver les bons candidats (…). Selon le Syntec Numérique, tous les indicateurs de diffusion d'offres d'emploi, d'intentions d'embauches et d'insertion des jeunes diplômés sont restés positifs tout au long de l'année. Le secteur IT reste toujours le plus important recruteur de cadres, avec 40 000 recrutements réalisés en 2011 et 10 000 créations nettes d'emplois.

L'Apec confirme, dans la troisième édition de son baromètre réalisé avec Syntec Numérique, que l'emploi des cadres de la high-tech a été particulièrement dynamique cette année. Deux tiers des entreprises ont indiqué que leurs recrutements étaient plus nombreux qu'il y a un an, et trois entreprises sur quatre ont mentionné maintenir leurs embauches dans les six prochains mois. Effet de la reprise de l'activité et de la forte progression des offres, les recruteurs éprouvent des difficultés à trouver des candidats adaptés aux postes à pourvoir. L'enquête « Besoins en main d'oeuvre » conduite par Pôle Emploi et le Credoc montre en effet que les informaticiens font partie des 10 spécialités les plus difficiles à trouver (…).

Les SSII présentes sur les salons de l'emploi peinent toujours à recruter des profils de niveau expérimenté dans différents domaines, comme celui des infrastructures ou du développement applicatif.

Le Monde Informatique.fr publié le 23.12.2011