Une promotion, 8 projets : découvrez Plugboard, la plateforme d’apprentissage de la logique combinatoire portée par une équipe de la Majeure MTI !

Chaque année, les étudiants de 5e année de l’EPITA dévoilent lors du Majeure Day leur projet de fin d’études sur lequel ils ont passé plusieurs mois à travailler en équipe. Parmi huit projets portés par ceux de la promotion 2018 que l’école vous propose de découvrir se trouve Plugboard, une plateforme développée par Alexandre Chabrolin, Antoine Cormerais, Thibault Deutsch et Arthur Lehuen, tous étudiants de la Majeure Multimédia et Technologies de l’Information (MTI).



En quoi consiste Plugboard ?
Arthur : Il s’agit d’une plateforme web permettant de simuler la logique combinatoire afin de faciliter son apprentissage. Il faut savoir que, dans le monde numérique, tout est binaire : c’est une succession de 0 et de 1. Pour réussir à faire des choses complexes, on utilise ce qu’on appelle des « portes logiques » comme les portes ET, OU, OUI et NON. Cela consister à créer plusieurs entrées et une sortie. L’idée de la logique combinatoire, c’est justement de mettre toutes ses portes ensemble et de les combiner pour faire des circuits de plus en plus complexes et ainsi arriver à donner naissance, par exemple, à des ordinateurs.

Comment est né ce projet ?
Au sein de la Majeure MTI, nous devions réaliser un projet d’innovation. Notre volonté au sein de l’équipe était alors de trouver un sujet autour du serious gaming. Pour ma part, comme j’aimais beaucoup la logique combinatoire – elle est présente dans la vie de tous les jours et se retrouve même incorporée dans des jeux vidéo très populaires à l’instar de Minecraft – et que je trouvais qu’elle était assez ennuyante à apprendre malgré son côté très intéressant, j’ai proposé à mes camarades de partir sur cette thématique. Notre objectif était de la rendre plus abordable auprès de celles et ceux qui voulaient la découvrir !


L’équipe de Plugboard


En quoi Plugboard réussit à rendre la logique combinatoire plus accessible ?
Déjà, la plateforme en elle-même est facilement accessible : l’internaute peut directement aller dessus et l’utiliser directement sans avoir à créer un compte. Ensuite, Plugboard ne propose pas de faire des équations mathématiques très compliquées ni de se lancer dans des grands cours d’électronique autour du voltage et du branchement de câbles, ce qui est, dans la vraie vie, prend énormément de place et de temps afin de faire de la logique combinatoire. Non, avec Plugboard, l’utilisateur peut créer et supprimer un élément très facilement afin d’apprendre au fur et à mesure par la pratique. Nous avons également ajouté une feature inédite : l’encapsulation. Par exemple, si l’on veut réaliser une calculatrice en logique combinatoire, il faut rajouter comme composant un additionneur. Dans la vie réelle, pour donner lieu à cet additionneur, il faut soit faire des équations mathématiques complexes, soit acheter un composant et le rebrancher. Sur Plugboard, on peut créer le mécanisme du composant en deux-trois clics et générer un boîtier additionneur utilisable ensuite dans le projet.

À qui est destiné Plugboard ?
À tous les passionnés de logique combinatoire et d’électronique en général, mais aussi – et surtout – aux étudiants et lycéens. La plateforme peut être très utile pour les étudiants du Cycle Préparatoire de l’EPITA par exemple comme à ceux qui aimeraient apprendre sans toutefois avoir sous la main le support adéquat. Si quelqu’un veut vérifier la cohérence de son circuit logique, il peut très bien utiliser Plugboard pour faire sa démonstration.



Qu’est-ce qui vous a plu dans ce projet ?
Le fait d’avoir pu choisir notre sujet et surtout de se dire que le résultat est utilisable ! En école d’ingénieurs, nous sommes parfois amenés à travailler sur des projets dans le but de se faire la main et d’apprendre. Là, nous nous sommes retrouvés à devoir développer un produit fini avec une vraie vocation derrière. Cela fait plaisir et c’est un regain de motivation.

Quel a été le plus grand défi ?
L’affichage ! La gestion de l’interface nous a demandé beaucoup d’efforts : il a fallu trouver comment créer des composants faciles à utiliser, à placer et à lier entre eux.



Le projet a déjà trouvé ses utilisateurs ?
La plateforme a été en ligne durant un certain temps à l’adresse plugboard.xyz, mais aujourd’hui, pour une question de serveur, elle n’est pas encore accessible pour le moment. Cependant, durant ce laps de temps, elle a déjà pu servir, notamment lors des Journées de Découverte des Métiers de l’Ingénieur (JDMI) organisées par l’EPITA durant lesquelles les participants pouvaient jouer avec. Après, le projet peut encore être amélioré avant d’être à nouveau utilisable. Je pense notamment à la question de la logique séquentielle qu’il nous faudrait implémenter.

Enfin, quel est l’intérêt de choisir la Majeure MTI quand on étudie à l’EPITA ?
Selon moi, c’est la Majeure la plus complète et celle où l’on aborde les technologies les plus diverses, avec le plus d’applications possibles dans le futur. Surtout, j’ai vraiment l’impression que cette Majeure offre le plus d’interactions avec d’autres mondes que l’informatique : en apprenant à faire des interfaces Web et mobile, on peut travailler avec des publicitaires, des banquiers, des associations, etc. On peut justement « plugger » l’informatique à tous les corps de métiers !

Découvrez aussi les projets SolvZer et SmartCar