Ils ont passé le Concours CPGE pour rejoindre l’EPITA : Titouan Leparoux (promo 2020)

Le concours commun EPITA / IPSA / ESME Sudria permet chaque année aux élèves de classes préparatoires d’intégrer une école d’ingénieurs reconnue pour ensuite devenir des professionnels aguerris dans des technologies de pointe. C’est via ce concours que Titouan Leparoux (EPITA promo 2020) a justement rejoint l’EPITA à la rentrée 2017-2018 pour intégrer la 1re année du Cycle ingénieur.

Pour tout savoir sur le Concours commun EPITA / IPSA / ESME Sudria, rendez-vous sur le nouveau site : www.concours-cpge.fr

Vous êtes en CPGE et souhaitez rejoindre l’EPITA ? Inscrivez-vous avant le 12 janvier sur le site SCEI : www.scei-concours.fr

temoignage_concours_epita_esme_sudria_ipsa_cpge_etudiant_cycle_ingenieur_promo_2020_informatique_prepa_01.jpgQu’est-ce qui t’a poussé à vouloir faire des études d’informatique ?
Titouan Leparoux : Tout a commencé au lycée où, ayant choisi de passer un bac STI2D, j’ai eu l’occasion de faire pas mal d’informatique. Pour autant, n’étant pas encore sûr à l’époque de me diriger là-dedans, j’ai enchaîné sur une Classe préparatoire aux grandes écoles (GPGE) TSI, une classe qui permet de rattraper son niveau vis-à-vis des bacheliers S sans pour autant rentrer en concurrence avec eux. C’est durant cette période que j’ai compris que je me sentais plus à l’aise dans l’informatique plutôt qu’en chimie, en physique ou dans les sciences de l’ingénieur au sens large.

Quand as-tu commencé à t’intéresser à l’EPITA ?
J’ai découvert l’école juste avant mon bac, mais étant encore hésitant sur la suite de mes études, je n’ai pas poussé mes recherches plus loin à ce moment-là. Par contre, quand j’ai su que je voulais réellement faire de l’informatique, je m’y suis de nouveau intéressé, ne serait-ce parce qu’elle proposait un concours associé aux CPGE.

Pourquoi avoir choisi l’EPITA et pas une autre école ?

J’ai d’abord été convaincu par sa renommée. En effet, l’EPITA semblait être plus qu’une simple école tellement j’en attendais parler de partout, notamment par ses Anciens. Son « aura » m’attirait comme sa proportion à être présentes sur de nombreux domaines de l’informatique. Ses bonnes positions dans les différents classements d’écoles d’ingénieurs et son histoire – certaines écoles n’ont que 5 ou 10 ans d’existence alors que l’EPITA a plus de 30 ans – m’ont aussi conforté dans ma décision de tenter ma chance.

Comment s’est passé le concours ?
Il s’est présenté en deux étapes, avec l’écrit d’une part et l’oral de l’autre. Il y a eu une épreuve de mathématiques, de français et de culture générale, mais aussi une épreuve correspondant à l’option que l’on choisissait – pour ma part, j’ai pris l’informatique. Avant le concours, comme je ne connaissais personne qui l’avait passé, je m’étais préparé un peu à ma façon, en pensant que cela allait être assez dur. Au final, cela s’est très bien passé ! J’ai trouvé les épreuves peu difficiles en fin de compte en comparaison avec ce que j’ai pu connaître lors de la CPGE, sauf peut-être celle d’informatique où certaines questions pouvaient être plus pointues.

Depuis, tu as pu intégrer la 1re année du Cycle ingénieur et goûter à la fameuse Piscine. Comment as-tu vécu ce moment charnière du cursus ?
C’était un peu compliqué ! Au début, on est forcément un peu « largué » : on vient d’arriver dans un environnement dans lequel on n’a pas encore l’habitude d’évoluer et on se retrouve à devoir très vite se mettre dans le bain. Les premiers jours ne sont pas évidents, surtout qu’il faut se faire à l’idée que la Piscine se déroule intégralement en anglais, mais ensuite, on prend le pli et on commence à comprendre. Au final, on en ressort grandi, en ayant vraiment le sentiment d’avoir pu apprendre pas mal de choses. Devoir faire des choses, ça oblige à donner le meilleur de soi-même.

Et au niveau de la vie à l’école, comment te sens-tu ?
Cela me plaît beaucoup ! J’ai déjà rejoint pas mal d’associations étudiantes très intéressantes et, malgré un emploi du temps chargé, j’essaye d’y passer le plus de temps possible. Les étudiants que je côtoie sont globalement assez sympas et l’on partage plutôt pas mal de centres d’intérêt communs.

Tu sais déjà quoi faire à la fin de tes études ?

De l’informatique, c’est sûr, mais j’ignore encore dans quel secteur ni domaine. Je me laisse le temps. J’avoue compter sur cette 1re année pour explorer un maximum de domaines et ensuite voir lequel me plaît le mieux.

Enfin, as-tu un conseil aux futurs candidats du concours commun EPITA / IPSA / ESME Sudria ?
D’avoir une bonne culture générale et une bonne culture informatique au sens large. C’est cela qui m’a permis de toujours me rattraper face aux difficultés. Il ne s’agit pas d’être forcément un super programmeur, mais plutôt d’être curieux, de se demander comment se compose un ordinateur, etc. C’est un vrai plus !

Retrouvez également le témoignage d’Aminata Faye (promo 2020), également passée par une CPGE


Pour tout savoir sur le Concours commun EPITA / IPSA / ESME Sudria, rendez-vous sur le nouveau site : www.concours-cpge.fr

Vous êtes en CPGE et souhaitez rejoindre l’EPITA ? Inscrivez-vous avant le 12 janvier sur le site SCEI : www.scei-concours.fr